Le cancer continue ses ravages inexorables : 20.000 décès et 50.000 nouveaux cas par an ; le tabagisme et la malbouffe à l’index

Le cancer continue ses ravages inexorables : 20.000 décès et 50.000 nouveaux cas par an ; le tabagisme et la malbouffe à l’index
Par Moumène Belakram | 04 Février 2019 | 12:25

Constat implacable, le cancer continue de faire des ravages en Algérie, en dépit des efforts de l’Etat tendant à juguler ce fléau fatal.

En effet, et à la lumière de chiffres effarants, traduits par 20 000 décès et 50 000 nouveaux cas par an, il apparait que la multiplication des centres anti cancer, l’acquisition de matériels modernes de radiothérapie ou encore de traitements les plus innovants, n’aient pas eu un gros impact, au final, sur un taux de mortalité en courbe exponentielle.

Tentant de répondre à un épiphénomène complexe, le chef du service de chirurgie au Centre de lutte anti cancer de Batna, le professeur Mourad Abid (Photo), a, lors de son passage, lundi sur les ondes de chaine 3, pointé «l’inorganisation du calendrier de rendez-vous de radiothérapie» du malade, contraint de ce fait «à attendre jusqu’à six mois», a-t-il déploré, alors qu’une prise en charge «plus rapide» s’impose car quasi vitale, laisse-t-il entendre, voyant que «des rendez-vous rapprochés contribueraient à diminuer le nombre de décès».

Mais pas seulement. Mourad Abid estime qu’  «il reste également à rationaliser les moyens matériels et, en même temps, à disposer de personnels de soins mieux formés au niveau des 17 centres anti-cancer disséminés à travers le pays», propose-t-il.

Abordant, enfin, les causes essentielles de cette pathologie lourde, d’aspect apocalyptique, le professeur Abid fustige une réalité, que tout le monde connait et ignore en même temps : le tabagisme et la mauvaise alimentation, préconisant la mise en œuvre, à travers la prévention, priorité du PNAC (plan national anti-cancer) d’une «lutte de tous les instants».

Un prêche dans le désert, à priori !

Voir tous les articles de la catégorie 'Santé'