Eaux usées de la capitale : plus aucune goutte dans la mer, à l’horizon 2019

    Eaux usées  de la capitale : plus aucune goutte dans la mer, à l’horizon 2019
Par Abbès Zineb | 14 Octobre 2017 | 22:19

Le problème de rejet des eaux usées dans le milieu naturel, notamment en mer, à Alger, sera résolue à l'horizon 2020, a promis le ministre des Ressources en eau.

 A "l'horizon 2020, aucune goutte d'eau usée n'ira en mer ou dans tout autre milieu naturel, et ce par souci de préserver l'environnement et les eaux sous terraines et de protéger la santé des citoyens", expliqué Hocine Necib, s’exprimant en marge d’une visite sur le terrain à Alger.

 Cet objectif "stratégique", selon lui  sera concrétisé grâce aux  projets de grands collecteurs et aux stations d'épuration d'eaux usées,  notamment la station de Zeralda qui sera réceptionnée fin 2017, l'extension  de la station de Reghaia, la mise en service de la station de Beni Messous et l'extension de la station de Baraki.

Le ministre a appelé les entreprises en charge de la réalisation de stations d'épuration et de grands collecteurs à adapter leurs programmes en fonction de cet objectif.

Accompagné du wali de la wilaya d'Alger, Abdelkader Zoukh, le ministre a inspecté le projet d'un collecteur d'eaux usées s'étendant de la Sablette à Caroubier sur une longueur de 2,6 Km et devant être réceptionné en mars 2018.

Ce projet s'inscrit dans le cadre de la réalisation de la "ceinture de sécurité" qui vise à protéger la capitale des risques d'inondations conformément au plan d'orientation portant tous les projets structurants pour faire face à ce phénomène. 

Cette ceinture comprend cinq projets de pose de collecteurs d'eau allant de la commune de Rais Hamidou à Caroubier en passant par Bologhine, Bab El Oued et Tafourah.

Ces collecteurs seront ensuite reliés à la station d'épuration des eaux usées de Baraki. La réalisation de la partie reliant Bologhine à Bab El Oued sera prochainement lancée.

Voir tous les articles de la catégorie 'Santé'