Des «corps étrangers» menacent la santé des consommateurs : Alerte rouge contre l’eau minérale «Texanna» !

 Des «corps étrangers» menacent la santé des consommateurs : Alerte rouge contre l’eau minérale «Texanna» !
Par Amel Benabi | 15 Janvier 2019 | 14:37

L’affaire de l’usine de l’eau minérale «Texanna» est finalement beaucoup plus sérieuse que ce que prétendent ses responsables. C’est du moins ce que suggèrent les commentaires d’Abderrahmane Benhazi, directeur général du contrôle au ministère du Commerce lors de son passage sur les ondes de la chaine III.

Ce responsable révèle ainsi que l’activité de production de cette usine privée de mise en bouteille de cette eau minérale est suspendue depuis le 22 décembre dernier et plusieurs lots de bouteilles incriminés ont été retirés du marché, à savoir les «lots 310, 314 et le 315».

Nous avons engagé cette mesure de suspension de l’activité de production de l’unité Texanna après avoir constaté la présence de corps étrangers dans certains lots,  a notamment précisé Abderrahmane Benghazi.

Et pour déterminer l’origine de ces «corps étranger», il confirme que l’usine est mise «sous audit», jusqu’à la détermination de l’origine des corps (résidus) étrangers, qui, d’après lui «menacent la santé des consommateurs».

Pour ce faire, plus de 37 prélèvements d’échantillons ont été effectués explique M. Benhazi révélant que l’usine de production de l’eau minérale Texanna «faisait l’objet d’un suivi de la part des services de contrôle de la qualité du ministère du Commerce depuis janvier 2018 ».

Autrement dit, les autorités compétentes doutaient depuis des mois de la qualité de l’eau minérale produite à l’usine de Texanna, située dans la commune de Texanna (wilaya de Jijel).

«Est-ce que le problème se pose au niveau de la production ? Au niveau de la source, du filtrage ou de l’emballage ? Nous sommes en train d’étudier tous ces aspects », conclut le directeur général du contrôle au ministère du Commerce.  Et un responsable du ministère chargé du contrôle de la qualité s'interroge, le citoyen-consommateur, lui, ne doit pas se poser de question.  Il n'a qu'une seule décision à prendre : Ne plus consommer cette eau jusqu'à nouvel ordre !   

Voir tous les articles de la catégorie 'Santé'