Le MSP confirme son option de se positionner dans l’opposition

Le MSP confirme son option de se positionner dans l’opposition
Par Abbès Zineb | 28 Juillet 2012 | 19:44

Le MSP a clôturé la réunion de son Conseil consultatif par un long communiqué en deux tons. D’abord la situation de crise interne que vit le parti en rapport avec la décision de l’ex-enfant terrible du parti, Amar Ghoul qui a lancé son parti politique.

Sans trop s’attarder sur cette crise, le communiqué explique que le parti est "au dessus des personnes quel que soit leur position dans la hiérarchie". Puis de souligner aussi que les cadres qui ont quitté le parti, pour aller certainement avec l’ex-ministre des travaux publics, sont déjà remplacés.

Parmi les démissionnaires, deux anciens ministres, à savoir Sid Ahmed Boulil ex-ministre des transports et Hachemi Djaâboub ex-ministre du commerce.

Il y a visiblement dans le communiqué du MSP une volonté de tourner la page des démissions pour mettre le cap sur la préparation du congrès ordinaire prévu dans huit mois. En attendant, il y a les élections locales pour lesquelles le bureau exécutif va mettre sur pied une commission de préparation.

Le mouvement a délégué à cette instance l'adoption d'une "position adéquate au sujet des prochaines élections locales" en invitant ses militants à "participer efficacement à la réussite du congrès dont la préparation a été confiée à la commission nationale formée par le conseil consultatif national".

S’agissant du contenu politique du document, la volonté de rompre avec la ligne participationniste y est clairement marquée. Cela à travers le refus de faire partie du prochain exécutif.

Le communiqué du MSP, au-delà de son périmètre, évoque des problèmes qui se posent aujourd’hui sur la scène politique. Ainsi, il demande au président Bouteflika d’annoncer d’ores et déjà la commission nationale de révision de la Constitution.

Elle doit comprendre toutes les tendances politiques algériennes", avant sa soumission à un référendum populaire, estime le MSP qui pointe aussi la situation de "gel" qui caractérise aujourd’hui la scène politique.

La tension sociale est également mentionnée dans le document qui met en garde contre "les politiques économiques improvisées dans le cadre de la crise économique et financière rampante notamment après le recul des prix du pétrole et d'éventuelles mesures d'austérité".

Le MSP a également insisté sur les décisions de la précédente session extraordinaire du conseil consultatif national de mai dernier qui ont appelé à "prendre en charge de manière sérieuse et responsable le front social pour éviter une rentrée sociale perturbée".

Au plan externe, le MSP a exhorté au "renforcement de la position algérienne de soutien au peuple palestinien, de criminalisation des pratiques de l'entité sioniste et de rejet de toutes les formes de normalisation culturelle, sportive et autres". Le mouvement a condamné "toutes les formes de répression et de massacre exercées contre le peuple syrien" se déclarant étonné de "l'incapacité à traiter cette crise".

Mots-clés :
Catégories : Actualité A la une Politique

Voir tous les articles de la catégorie 'Politique'