Les contacts vont s’accélérer entre sahraouis et marocains

Les contacts vont s’accélérer entre sahraouis et marocains
La Rédaction | 03 Avril 2012 | 17:51

L'émissaire des Nations unies pour le Sahara Occidental, Christopher Ross, a défini un calendrier très serré en décidant de se rendre pour la première fois dans les camps de réfugiés sahraouis, et a prévu deux rounds de négociations directes maroco-sahraouies en juin et juillet, outre une rencontre en Espagne sur les réfugiés sahraouis, ont indiqué deux responsables sahraouis dans le numéro d'avril de la revue italienne de géopolitique, Times. "Cette accélération des contacts entre le Maroc et le front Polisario, et les déplacements de l'émissaire onusien dans la région suggèrent une volonté de clore au plus vite le conflit sahraoui", a relevé à cet égard, le Représentant sahraoui en Italie, Omar Mih et le ministre de la Culture, du Sport et de la jeunesse de la RASD, Mohamed Moulud Mohamed Fadel, dans une interview à Times.

Le diplomate sahraoui a expliqué ce volontarisme de Ross en partie, par le fait qu'il perdait patience devant le prolongement de l'impasse dans le conflit sahraoui, mais aussi à l'égard de la question des violations des droits de l'homme dans les territoires sahraouis occupés. "Mon idée est qu'en agissant ainsi, Ross a voulu forcer le Conseil de sécurité à agir, en soutenant que si la France continuait de soutenir le Maroc, le conflit se poursuivrait indéfiniment sans jamais parvenir à un résultat", a indiqué Mih.

De son côté, le ministre sahraoui a estimé que le Maroc "connaît de nouvelles conditions (des négociations) et par conséquent, il y a une plus grande volonté de parvenir à une conclusion réussie du conflit". "J'ai aussi une grande confiance dans l'action de Ross: il voulait vraiment placer au centre des discussions la question des droits de l'homme, il a réaffirmé le risque du retour à la guerre et a demandé au Conseil de sécurité d'affirmer son autorité et de trouver des résolutions", a-t-il ajouté. Le ministre qui a rappelé les 40 ans de souffrances du peuple sahraoui, a affirmé que la communauté internationale est à présent consciente de ces souffrances et des injustices subies, exprimant sa conviction que "le moment est venu pour le peuple sahraoui de vivre enfin uni et libre".

Mots-clés :
Catégories : A la une International

Voir tous les articles de la catégorie 'International'