Le président tunisien en France pour tourner la page des tensions

Le président tunisien en France pour tourner la page des tensions
Par Abbès Zineb | 17 Juillet 2012 | 11:38

Le président tunisien, Moncef Marzouki, est en France pour une visite de trois jours destinée à tourner la page des tensions qui ont marqué la relation entre les deux pays en raison de l'attitude équivoque de Paris lors de la révolution de 2011.

Lors de sa première visite officielle en France, il rencontrera mardi son homologue, François Hollande, et s'entretiendra notamment avec le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, et le maire de Paris, Bertrand Delanoë, né en Tunisie à l'époque du protectorat français. M. Marzouki se rendra aussi à Marseille jeudi, au dernier jour de ce déplacement.

Signe que la France tient à réparer les liens, le chef de l'Etat tunisien sera le premier haut responsable étranger à s'exprimer devant l'Assemblée nationale depuis le discours du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, en janvier 2006.

Moncef Marzouki a souligné son souhait de tourner la page de la discorde alors que Tunis n'avait guère apprécié la position de la France avant la fuite en janvier 2011 du président déchu Ben Ali, le gouvernement français à l'époque de la présidence Nicolas Sarkozy n'ayant pas saisi l'ampleur du soulèvement.

La Tunisie n'a d'ailleurs nommé que le 5 juillet son nouvel ambassadeur en France, Adel Fekih, qui hérite d'un poste vacant depuis mars 2011, soit trois mois après la révolution. "Les Tunisiens ont quand même peu apprécié l'attitude d'anciens gouvernements français qui avaient tout de même apporté un certain soutien à la dictature", a noté M. Marzouki dans un entretien accordé à l'AFP, en référence aux liens étroits unissant la France au régime Ben Ali.

En effet, la France sous les présidences de Jacques Chirac ou de Nicolas Sarkozy a entretenu des relations privilégiées avec le président tunisien déchu. Et alors que ce dernier était acculé par les manifestations, les autorités françaises ont longtemps continué de lui accorder un certain soutien.

Exilé en France

"Vous vous souvenez des dérapages verbaux de certains ministres français quand il y a eu cette révolution. Ça a laissé des traces en Tunisie. Ce sont ces traces que je voudrais effacer", a ainsi souligné M. Marzouki.

"Ces problèmes, on va les résoudre très rapidement parce que de part et d'autre de la Méditerranée nous avons maintenant les mêmes idéaux, les mêmes principes, les gens qui sont actuellement au gouvernement nous comprennent un peu mieux", a-t-il encore dit.

Moncef Marzouki a salué l'importance de "la relation stratégique" franco-tunisienne, la France étant notamment le premier partenaire économique de Tunis et quelque 600.000 Tunisiens vivant sur le territoire français. Plus de 1.200 entreprises françaises sont installées en Tunisie, et, selon le ministère français de l'Economie, les échanges commerciaux ont atteint en 2011, année de la révolution et d'une récession, 7,6 milliards d'euros contre 6,9 milliards un an plus tôt.

Le président tunisien, opposant historique au régime déchu, entretient une relation particulière avec la France, où il a passé le tiers de sa vie, y ayant notamment effectué ses études de médecine et y ayant passé ses années d'exil.

Selon des analystes, M. Marzouki, dirigeant du parti de centre-gauche Congrès pour la république (CPR), est très affaibli sur un plan politique dans son pays, le gouvernement étant dominé par les islamistes d'Ennahda avec lesquels il s'est allié. Un autre parti de gauche, Ettakatol, participe à cette coalition.

Il appartient à l'Internationale socialiste dont est aussi membre le Parti socialiste de François Hollande. La visite de M. Marzouki à Paris fait suite à celle du Premier ministre tunisien, l'islamiste Hamadi Jebali, fin juin. (AFP)

Mots-clés :
Catégories : International

Voir tous les articles de la catégorie 'International'