L’EN A’ chute lourdement au Maroc (3-0) et rate le CHAN 2020 : le prix du bricolage

 L’EN A’ chute lourdement au Maroc (3-0) et rate le CHAN 2020 : le prix du bricolage
Par Nourredine B | 20 Octobre 2019 | 11:00

Alors que le football national était auréolé d’une consécration africaine qui a défrayé la chronique, grâce au succès historique de l’EN à la CAN 2019 en Egypte, la dynamique, en aval, est brisée avec l’élimination, coup sur coup dans les challenges africains, des U 23 et depuis, samedi, de la sélection nationale des joueurs locaux, battue à plate couture (3-0) au Maroc pour le compte du match- retour des éliminatoires du CHAN 2020.

A l’Aller, déjà, les Lions de l’Atlas, champions en titre, faut-il rappeler, avaient pu neutraliser les Fennecs à Blida en leur imposant le draw (0- 0).

Au stade municipal de Berkane, les hommes de Lhoussaine Ammouta ont exécuté leurs adversaires en 15 minutes chrono.

Une vraie déroute et une faillite tactique amères mais qui ne surprennent guère au vu de la légèreté inouïe dont cette EN A’ a été prise en charge pour la bataille du CHAN, dont la dernière et unique participation remonte à la deuxième édition disputée en 2011 au Soudan, au cours de laquelle les Algériens ont terminé le tournoi au pied du podium (4e).

De fait et en pleine préparation, loin de tout standard au demeurant, la sélection nationale baignait dans une situation anecdotique, après que le patron de l’équipe première, Djamel Belmadi, se soit retiré de la barre technique et que lui astreignait son contrat passé avec la FAF , en parallèle avec sa mission à la tête de l’EN A.

Décrié, après son cuisant échec à la tête des U 23, le Directeur des équipes nationales (DEN), Ludovic Batelli, finira par reprendre l’équipe en main. Avec le résultat que l’on sait désormais.

Il va sans dire que de telles tribulations ne pouvaient pas ne pas dépeindre sur un onze national, en affectant, notamment, le moral de jeunes du cru qui voulaient briller sous la conduite du champion d’Afrique.

Fin des illusions ! L’impression finale est que Kheirdine Zetchi semble être revenu à l’option de son prédécesseur, Mohamed Raouraoua, qui voyait, dans les faits, cette sélection comme un fardeau encombrant à mettre aux oubliettes. 

Voir tous les articles de la catégorie 'International'