"Journée Internationale du Vivre Ensemble en Paix" : Une initiative algérienne en faveur de la culture de Paix

"Journée Internationale du Vivre Ensemble en Paix" : Une initiative algérienne en faveur de la culture de Paix
Par Khidr Ali | 15 Mai 2019 | 17:26

De prime abord, il y a lieu de souligner qu’il existe plus d’une raison pour s’enorgueillir de l’exploit réalisé par l’Algérie et sa diplomatie dans le parrainage de la résolution (72/130), qui a été votée,  en décembre 2017, à l'unanimité par l’Assemblée Générale de l’ONU.

Aujourd’hui, il n’est pas exagéré de dire que le  « Vivre Ensemble en Paix » prend de l’envol et la majorité des gens et des pays, et ce sur les cinq continents, ressentent ce besoin de la communauté internationale en faveur de la paix, de la tolérance, de l'inclusion, de la compréhension et de la solidarité, l'occasion d'exprimer le désir profond d'agir ensemble, unis dans la différence et dans la diversité.

Face aux conséquences néfastes des préjugés négatifs et au phénomène croissant de la radicalisation violente,  les Nations Unies ont fait preuve d'une volonté résolue de promouvoir les valeurs de la paix, d'encourager le dialogue et la compréhension mutuelle et de lutter contre la discrimination sous toutes ses formes. Il reste, cependant, que le maillon manquant de la chaîne en faveur du dialogue, du rapprochement, du rassemblement et de l'enrichissement mutuel est le concept de « Vivre Ensemble en paix ».

Quand le Cheikh Khaled Bentounès, le guide spirituel de la Tariqa Alâwiyya, est venu faire, pour la première fois, à Alger, le point sur le projet d'une « Journée internationale du Vivre Ensemble en Paix », tous ses interlocuteurs, intellectuels, personnalités de la société civile et autorités, ont compris qu’ils allaient  être invités encore une fois à redécouvrir la dimension essentielle de notre culture ancestrale.

Cette idée, accompagnée d'une demande de parrainage de l’Algérie, a été ensuite proposée au ministère des affaires étrangères, qui l'a acceptée avec un grand enthousiasme. Depuis, un long processus a conduit les deux parties à collaborer étroitement afin de confectionner une résolution conforme aux principes onusiens et ensuite proposer ce projet aux différents Etats lesquels ont spontanément accordé toute leur confiance et leur soutien à cette initiative.

A New York, l’actuel Ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, à l’époque ambassadeur, représentant permanent de l’Algérie auprès de l’ONU et le Cheikh Khaled Bentounès ont eu, en octobre 2016, l'occasion de travailler étroitement sur le projet de résolution, de rencontrer le Président de l'Assemblée Générale des Nations Unies, M. Peter Thomson, et un certain nombre de Représentants Permanents pour des considérations de pédagogie quant à la portée et à l’esprit de la démarche algérienne.

 Promouvoir le « Vivre Ensemble »

À l'origine, l'initiative de promouvoir le « Vivre Ensemble » a émergé en 2014, lors du « Congrès international féminin pour une culture de paix », organisé à Oran (Algérie) par l'Association Intemationale Soufie Alâwiyya (AISA ONG Internationale). Les 3200 congressistes venant de 25 pays et les dizaines d'ONG du monde entier qui y ont participé ont vivement recommandé, dans la Déclaration d'Oran, l'instauration une Journée Internationale du « Vivre Ensemble ». 

Ce projet a été présenté par AISA lors de la 59ème session de la Commission de la condition de la Femme de l'ECOSOC, tenue à New York en mars 2015.

Ayant mis fin aux affres du terrorisme avec la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, l'Algérie croit profondément en ce concept du «Vivre Ensemble» et s'est engagée à assurer sa promotion auprès des autres Etats-membres des Nations Unies pour sa consécration par une Résolution de l'Assemblée Générale, sous la forme d'une «Journée Internationale du Vivre Ensemble en paix».

Comme le disait Sandford Fleming, en 1884, lors de la Conférence internationale de Washington : «Le monde entier est devenu voisin, une parenté intime s'est établie. Nous n'avons qu'un globe, qu'un univers, quelle que soit la multitude des parties qui le composent».

Une résolution adoptée à l'unanimité 

Une fois les questions procédurales réglées et le consensus acquis, l’Assemblée générale des Nations Unies et à l'initiative de l'Algérie a adopté vendredi 8 décembre 2017 à l’unanimité (193 Etats) une résolution par laquelle elle proclame le 16 mai Journée Internationale du Vivre-Ensemble en Paix (JIVEP).

Cette démarche algérienne vise à mobiliser les efforts de la communauté internationale en faveur de la paix, de la tolérance, de l’inclusion, de la compréhension et de la fraternité.

Par cette résolution, l’Assemblée générale invite les Etats à continuer de promouvoir la politique de réconciliation nationale dans leurs pays respectifs. Par ailleurs, l’Assemblée générale a désigné l’UNESCO comme institution internationale chargée de faciliter la célébration de la Journée internationale du Vivre Ensemble en Paix en collaboration avec les autres organismes compétents.

Présentant cette initiative à la plénière de l’Assemblée Générale, Sabri Boukadoum a réaffirmé "l’attachement de l’Algérie à la culture de la paix, à la réconciliation nationale et à la solidarité", et rappelant que "l'Algérie est située au carrefour de nombreuses cultures, religions et civilisations qui ont façonné son passé, qui constituent l'essentiel de son présent, et qui continueront de façonner son avenir".

Quant au Cheikh Bentounès, il dira que "La peur de l'autre alimente l'intolérance. La culture du «chacun pour soi» génère des conflits politiques, sociaux et environnementaux nuisibles à l'ensemble de l'humanité. Il est essentiel pour le monde que de nouvelles visions émergent. A travers l'art, la culture, l'éducation, la science, la communication, la spiritualité, nous devons ouvrir un nouveau chemin pour une Culture de Paix. La Journée Internationale du Vivre Ensemble en Paix est un projet d'avenir dont l'objectif est de se rassembler sans se ressembler, de rassembler pour assembler".

 "Il s'agit en fait de mettre fin à la culture de violence et de la substituer par la culture de paix, bénéfique pour toute l’humanité" soulignera le guide spirituel de la Tariqa Alâwiyya.

Lors de l’adoption de cette résolution, plusieurs pays ont pris la parole pour souligner l’importance de cette proposition et féliciter l’Algérie d’avoir porté cette initiative au sein des Nations Unies en tant que contribution visant à promouvoir la culture de paix.

Voir tous les articles de la catégorie 'International'