COVID-19 : l’ambassadeur Amar Belani réagit à la décision de l’UE de maintenir l’Algérie dans la «black list», des pays à risque

 COVID-19 : l’ambassadeur Amar Belani réagit à la décision de l’UE de maintenir l’Algérie dans la «black list», des pays à risque
Par Hakim Megati | 01 Aout 2020 | 20:23

L’Ambassadeur d’Algérie à Bruxelles, Amar Belani vient de réagir  à la décision de l’union européenne de maintenir l’interdiction d’accès aux ressortissants algériens à l’aire européenne à cause du coronavirus virus.

Dans un entretien accordé à la chaine Euronews,  Amar Belani a estimé que cette décision «n’impacte aucunement le protocole établi par l’Etat algérien, en ce temps de crise». 

Il faut rappeler que suite à l’actualisation du répertoire des pays autorisés d’accès à l’UE, l’Algérie s’est vue logiquement au demeurant, exclue de ce nouveau listing divulgué mercredi dernier, considérant sa situation pandémique était «précaire».

L’UE a motivé sa mesure par un impératif de «sécuritaire, qui vise à préserver l’immunité de l’UE de la matrice épidémiologique algérienne, qui poursuit activement son ascension». 

L’ambassadeur algérien a ainsi estimé que cette décision de l’UE n’aura «aucune répercussion; sur l’ensemble des dispositifs entrepris par les autorités algériennes».

Il en veut pour preuve que les autorités algériennes, elles même, ont décidé de maintenir la fermeture des frontières terrestres, maritimes et aériennes; afin d’endiguer la prolifération du Coronavirus.  

Rappelons que dans la dernière mise à jour dut listing établi mercredi dernier  par  les représentants diplomatiques de l’UE, seulement douze pays (12) ont été autorisés à accéder au territoire de l’Union européenne.

Il s’agit de  l’Australie, du  Canada, de la Nouvelle-Zélande, du Japon, de la Corée du Sud, de la Thaïlande, de la Tunisie, du Maroc, de la Géorgie, du Rwanda et de l’Uruguay.

L’Algérie qui connait une recrudescence des contaminations au COVID-19  depuis une dizaine de jours qui caracolent autour des 600 nouveaux cas par jours, doit donc attendre que la courbe redescende pour convaincre l’UE de l’intégrer dans la liste «blanche» 

 

Voir tous les articles de la catégorie 'International'