Indiscrétions

Mohamed Aissa défie les salafistes et maintient la prière du vendredi

Par Rédaction | 11 Juin 2018 | 16:57

Décidément le ministre des affaires religieuses, Mohamed Aissa ne rate aucune occasion pour cibler les adeptes algériens du mouvement salafiste à la sauce wahabbite qui veulent  dicter leur loi et leur foi.

En effet, il vient d’ordonner aux Imams de toutes les mosquées du pays d’accomplir la prière du vendredi, même si elle va coïncider avec la fin du mois sacré de Ramadhan et le donc le jour de l’Aïd El Fitr. Cette instruction de Mohamed Aissa  va, bien évidemment, à contre courant des salafistes qui eux, veulent se contenter de la prière du de l’Aïd comme il est pratiqué en Arabie Saoudite.

La polémique a commencé quand le secrétaire général du Haut Conseil Islamique (HCI), Boumediene Bouzid, a déclaré que pas moins de 40 mosquées de la capitale, sous contrôle des salafistes, auraient décidé de ne pas accomplir la prière de vendredi prochain à cause de la célébration le même jour de la fête de l’Aïd.

Une position qui a outré les imams et qui a fait réagir le responsable de leur syndicat, Djelloul Hadjimi, lequel a exhorté le ministre des affaires religieuses à mettre fin à cette volonté d’imposer une pratique (salafiste ndlr) qui porte atteinte au référent religieux national et qui est de nature à semer la «Fitna.  

Il est attendu également des autorités nationales et en particulier du ministère des affaires religieuses, de récupérer coûte que coûte les mosquées controlées par les salafistes sur tout le territoire national et de mettre ainsi fin à ces lieux de non droit où se transmet l'idéologie wahabbite qui a fait tant de dégâts dans la société algérienne. 


Voir toutes les indiscrétions →