Du punique à la darija : les mots à l’épreuve du temps

Du punique à la darija : les mots à l’épreuve du temps
Contribution | 12 Septembre 2020 | 14:46

Par Abdou Elimam *

L’histoire antique du Maghreb témoigne de la forte présence de la langue punique, parallèlement  aux poches berbérophones. Cette langue, héritée de la civilisation carthaginoise,  était largement implantée jusqu’à devenir la langue officielle de la Numidie, par exemple. C’est dire la profondeur de son ancrage, toutes populations confondues. Mais c’est dire, également, que le mythe de la « langue unique » n’est qu’illusion car le Maghreb antique puis médiéval témoigne de la présence de plusieurs langues (punique, libyque, syriaque, grecque, latine, etc.). Seules les langues libyque et punique survivront aux différents occupants. Les variétés libyques nous parviennent en l’espèce de tamazight. Quant au punique, il se redéploie en tant qu’individualité linguistique à part entière, au contact de l’arabe, pour s’imposer en tant que darija, entre le VIII et le IX è siècles. 

Pour bien comprendre la difficulté qu’ont eue certains chercheurs à restituer la langue punique, il faut rappeler que Rome a détruit Carthage avec l’intention de ne plus laisser de traces de sa civilisation. Tout a été brûlé et/ou enterré. Mais on ne peut enterrer une langue ! Bien qu’elle se soit maintenue à l’oral, la langue écrite (qui était disponible dans les pièces de monnaie, dans les stèles et autres supports de l’époque) se raréfie ou se transforme en un « néo-punique », écrit en caractères latins. La pratique de l’écrit, du temps de l’antiquité n’était réservée qu’à de rares occasions, souvent liées à la vie des dirigeants ou prêtres. Il faut bien garder en tête que les écrits ne circulaient pas comme de nos jours (livres, journaux, internet, etc.) ! Mais les chercheurs qui se sont spécialisés là-dessus ont pu, en comparant les langues, en utilisant des sources bilingues et des traductions anciennes (grecques ou latines) nous fournir des repères sur la grammaire et la syntaxe du punique. C’est en prenant appui sur ces travaux – reconnus par la communauté scientifique internationale – que je me propose d’exposer brièvement cette langue que nos ancêtres ont obligatoirement fréquentée.

Nous allons procéder en deux étapes. Dans un premier temps nous présenterons du vocabulaire courant avec quelques commentaires sur l’évolution (surtout phonétique) des mêmes mots. Nous introduirons, dans un second temps des verbes et des prépositions afin de construire des phrases, sachant que la grammaire du punique s’est peu distanciée par rapport à celle de la darija.

Corps humain

o7fX68FmMdXG2a9LG_0WE5h5pQoInhej0Tl_8HAPoxwhFNizV_Em4aiyYPpfSS_idcQONV02vHUXlij7H5DaCAPLoNL-gDAkX6ZTASDwN77t7KHGnLXXIc7UfCxrnBWKXrQg-l04xKXxyk9Isg

Remarques : Sur 07 mots : 03 n’ont pas bougé ; 02 ont troqué le « chin » pour le « sin » ; 01 a troqué le « sad » pour le « dhad » ; 01 qui a ajouté une lettre en initiale (« alif », ou bien « qaf /gaf». Tous les mots sont donc reconnaissables avec des variantes phonétiques que nous relevons, de nos jours, entre régions.

Relations/caractéristiques humaines

6JYoHiL5w-k7kcMQbnqiw51nDe_1Ij06Ju9p5VnCR82LA8qEaqJ8C2Q1xW4vTJt4T5blpCglHY2oVDJ-akIlAjnUMDdgb-sZkRnNeRF8IDRiio8jSgT8iSueXFUKmIt2KmxD7_jTJczfoyprrQ

Remarques : Sur 12 mots : 07 n’ont pas ou peu bougé ; 01 a troqué le « chin » pour le « sin » et serait de nos jours « mestabyet »  مستبيت; 01 a troqué le « ya » pour le « wa » ; 01 a troqué le « pa » pour le « fa » ; ججع  serait rendu de nos jours par  جواع ; متمللserait une forme poétique deملال. Tous les mots sont donc reconnaissables avec des variantes phonétiques que nous relevons, de nos jours, entre régions

Objets domestiques

bI_epR5zFpccBqHmN5nzOqH7hcxKGLiWupit8_hf63F-mYkoP5_MGmBGCsAhQ-S6oK84-Ou8TY8nBg7o6N2paAWakI3YGuo5K47zoUGESlA1Gmqjm7g6cHp7zu0_wYKpJEwEaHjwBWD2G_DWsA

Remarques : Sur 09 mots : 04 n’ont pas ou peu bougé  - إجان  serait de nos jours, فنجال. Tissu donne “veste » ou « fista » ; « Tunique » et « tissu » ont été inversés en darija : « ksaa » et « Fista ». Donc 03 mots dont le sens a un peu changé. Il reste « mur » qui se disait « gadir » ; Cf. Agadir au Maroc, nom d’origine punique, donc.Notons que monnaie (ĜRT) rappelle notre « commercer » TĜR ; ce qui nous renseigne sur l’étymologie de ce verbe. Tous les mots sont donc reconnaissables avec des variantes phonétiques que nous relevons, de nos jours, entre régions

Il est clair que les lecteurs vont pouvoir, moyennant quelques variations phonétiques, vérifier la présence de ces mots dans leur vocabulaire contemporain. Les différences témoigneront de l’effet du temps sur les langues. On méditera, par exemple, sur le dicton populaire, « chahret lala ghir bnayeq » - le trousseau de madame est fait de bnayeq – où bniqa est une sorte de bonnet-écharpe qu’utilisent les dames à la sortie du bain. Ce mot nous vient de « BNQ »  qui veut dire punique. En effet la racine punique « FNQ » a donné « BNQ » (ب - ن - ق > ف -ن - ق ) en Algérie. En somme la bniqa est la « petite punique », en écho à une tradition carthaginoise perpétuée par nos dames.

Après cette rapide présentation du vocabulaire (bien présent dans nos usages linguistiques contemporains), découvrons, maintenant, quelques verbes ainsi que le moyen de construire des phrases. Au bout du compte, nous aurons réuni suffisamment d’éléments pour nous faire une idée de ce que parlaient nos ancêtres et de la continuité de cette antique langue sous sa forme de maghribi, actuellement.

A l’instar de toutes les langues sémitiques, les survivances écrites du punique ne retiennent que les consonnes – c’est le cas de l’arabe, notamment. Nous avons donc des mots sous une forme consonantique que je me propose de transposer en lettres latines majuscules, entre parenthèses. Par exemple (ML’K) va donner en lettres arabes :951To0fUXhT158wQzfE1ua9Rc8zp-W0HpNGhnlkCYglLb0pSSpeMjibc3c9JfxgUGYoGLtzNw_rASrmdgfdeZojlnkvFFDon4EVFugzm9JHPvxV4NdordqDe4LFxjKMQIH_nmHYEJ4CjslAE1w. Cette racine sémitique peut produire « roi/reine », « fortune » et même « engagement/tâche/ mission », en punique. Ajoutons le mot (YIŠ) qui signifie « homme » et que nous allons rencontrer plus bas.

Ces précisions rappelées, poursuivons notre découverte de la langue de nos ancêtres.

Verbes d’action

uD4mZdGjvAyzRzqum0LdSufOOVz1et4RQtdgWpfKkLS79o5Oip2QFIVO_lSDi1MoU5YG8hGKTQ1L-ae3eONRdv-oXmLNpB0ai0qXx29SVe65dR3WBE5_rOcz_K6Gto0WWqXJo7yvmmvpR0HQ3w

Remarques : Sur 05 verbes d’action : 04 n’ont pas bougé ; 01 (TMM) est plus rare.

Verbes interpersonnels

m_B_w3BWDDpXxAVnfuACRg97oyKvXocPQsvPDB4-iB6F_d0WQ_uf7ry70gdJZG5b-Z3sDgl7cDKVyQ0f_OppLNGGI2sE5p70lG08JKirbl7Z7iaJ2IHV6ywTH3kKs9zcOqTnd227sl8VeMfJLw

Remarques : Sur 05 verbes interpersonnels : 03 n’ont pas bougé ; 01 (QRY) a changé de sens puisque de nos jours il signifie « lire » - que l’on songe que le mot (QR_N) est un pluriel araméen de (QR_) et qui signifie « Les prières ». Le verbe (DBR) a changé de sens puisque de nos jours il signifie « débrouiller ».

En somme 07/10 verbes sont toujours en usage et 03 sont maintenus avec de nouvelles significations.

Réunissons, maintenant quelques mots grammaticaux :

(_Y) أيى ; Sous (TḤT) تحت ; Sur(3l) عل ;   Que/Quoi/Qui (_Ŝ) أش ;

 A/pour/de (L) ل

Remarques : Sur 04 prépositions, 04 sont maintenues ; seul le pronom relatif a changé puisqu’il est «  elli » de nos jours.

Essayons, à présent de former des phrases avec les matériaux dont nous disposons – sachant que l’organisation de la phrase reste à peu près la même que celle que nous observons en maghribi. Nous allons tenter de fabriquer 07 phrases en punique, partant d’une phrase en français. Chaque phrase punique aura une traduction en maghribi contemporain (pas trop éloignée du texte punique, à dessein). Nous utilisons la graphie arabe pour restituer un minimum de phonétique sémitique et faciliter les rapprochements avec le maghribi (darija). 

0MI49Mf-zlgIGqZ9L77rT9PpZYoGWijgkZpGgKSkg-aXO6oYBXnAKysffCh0y_MQFTIYKJNn5SvoHaUIDLuW8-TZ-bb-VILyX5iBDu8DL2FyUvNClX87KN-LwnPOm8qkiCta5qiYfrHp9n8Plw

La construction de ces phrases nous révèle qu’elles constituent des bouts d’un récit.  Ce récit, est tiré de M. Sznycer, Les passages puniques en transcription latines dans le Poenulus, 1967. 

Forts de vos connaissances en punique, il vous sera possible, maintenant, de lire le texte original – tel qu’il a été rapporté par M. Sznycer.  Il s’agit d’une fiction où un individu laisse sa fille et son neveu en otage le temps d’accomplir une mission puis revient récupérer les siens

Quelques précisions lexicales pour bien comprendre ce qui est écrit. Il y a les divinités auxquelles croyaient nos ancêtres étaient ( « alunim » et « alunut ») ; le verbe « QNTY » serait l’équivalent de qana3ti (« ma satisfaction »), en maghribi contemporain ; les mots « bnuty » (ma fille) et « ibn hy » (fils de mon frère) ; un mot grammatical : « yahed 3aden » (en maghribi contemporain « wa 3ed wahed »  qui se traduit par « et en plus ».- Notons l’expression « bayani yed » = m’a indiqué de sa main.

Pour avoir une idée du poids des ans sur les langues, observons un extrait de la Chanson de Roland en ancien français et sa traduction en français contemporain (un peu plus de 1000 ans):

Français moderne

Ancien français

Roland s’en va. Il parcourt seul le champ de bataille

Rollanz s’en turnet, par le camp vait tut suls

Lui-même sent que la mort lui est proche

Co sent Rollanz que la morz li est près

Les puys sont hauts, hauts sont les arbres

Halt sunt li pui e mult halt li arbre

Observons, à présent des extraits  de Poenulus (près de 2500 ans): en caractères arabes pour la phonétique, ensuite en caractère latins ainsi que la traduction suggérés par Sznycer.

Mxqcv8NNr2kxrFTAcnbuhiqAr50-W-2kFbxx90qED4xxcBzOT4Q2bQWX7qG0O-rnudKIxbstCE8gquT15iFJpRMLhW7gtF23iO3uzWRuIn695_RzlUMwiGi4C8Q8F-saHELevQtulF9cAin4xw

Au terme de cette découverte, les lecteurs auront suffisamment de matériel pour se faire une idée précise de ce que parlaient nos ancêtres -en dehors du berbère, bien entendu-. En se  réconciliant avec l’histoire des langues de ce pays, on s’interrogera sur le sort de la darija qui continue d’être minorée par l’institution, malgré son aura effective et consensuelle. Elle était bel et bien présente avant l’arrivée des Arabes. De nos jours, elle est toujours présente, en accompagnement de la langue arabe ; pas en opposition à elle. L’une et l’autre ont dû construire un destin. Il est temps de réaliser que la darija (maghribi) n’est pas de l’arabe, mais une langue sémitique à part entière. Il est temps de se libérer des étiquettes du type « arabe dialectal », « arabe algérien », etc. Raison de plus pour l’appeler par un nom digne et représentatif de sa profondeur historique : le maghribi.

Il en est qui ça et là suggèrent que la présence punique n’est qu’une « hypothèse » (défendue par A. Elimam). Or nous venons de découvrir non pas une « hypothèse », mais des faits de langue bel et bien attestés et reconnus par la communauté scientifique internationale. Comment se détourner de faits aussi flagrants témoignant d’une continuité linguistique entre le punique et le maghribi ? Cette continuité est nourrie par un vocabulaire massif qui a traversé le temps pour être encore disponible dans cette langue de millions de locuteurs. C’est par la naissance que nous avons reproduit cette langue car elle est une langue native – tout comme c’est le cas des variétés berbères. Elle fait partie de notre nature, même si elle emprunte ça et là ce qui lui fait défaut … en attendant que l’institution étatique algérienne s’engage à la protéger et à lui donner les moyens de son développement.

Abdou Elimam

 Linguiste

Catégories : Focus

Lire tous les articles de la rubrique Focus