Coronavirus : Géopolitique d'une crise sanitaire

Coronavirus : Géopolitique d'une crise sanitaire
Contribution | 07 Avril 2020 | 18:33

Que l'on porte un nom de pays aussi majestueux, aussi éblouissant comme d'ailleurs le sont tous les noms des pays du monde. Que l'on soit un pays riche, intermédiaire ou pauvre. Que l'on ait des paysages verdoyants ou des paysages semi - arides ou arides. Que l'on soit peuplé de plus d'un milliard d'habitants ou de millions d'habitants. Que l'on dispose d'un système de santé << performant >> ou d'un système de santé moins avancé......Tous se trouvent devant la monstruosité implacable du Coronavirus qui emporte des vies, et qui met en évidence la fragilité des systèmes de santé mondiaux. 

Il serait dérisoire de risquer le moindre raisonnement, questionnement sur cette crise sanitaire mondiale sans tracer une petite << fresque >> d'un virus et, de se situer par rapport à l'espace temps, c'est - a - dire à l'histoire. 

1- Qu'est-ce qu'un virus ? 

Dans un article scientifique publié par le magazine Le Point du 26 mars 2020, Mme Lise Abiven doctorante au laboratoire de chimie de la matière condensée de Paris (LCMCP) de l'université de la Sorbonne (Paris), définit un virus: << Un virus est un objet de taille nanométrique, d'environ 100 nanomètres de diamètre. Il est 100 fois plus petit qu'une cellule humaine et 1 million de fois plus petit qu'une balle de tennis. Cette nanoparticule se compose d'une enveloppe virale, formée d'une membrane lipidique (c'est-à-dire du gras) et de protéines, encapsulant une macromolécule codant le génome du virus.>>. 

img_5e8cba3321419.png

Légende : Schéma d’un virus avec ses principales composantes chimiques : à l’intérieur, il y a le matériel génétique du virus. Il est enveloppé dans une membrane lipidique (grasse), composée de différentes protéines. Sur l’enveloppe de certains virus, des protéines en pointe, « Spike » en anglais, agissent comme des clefs pour ouvrir les portes de nos cellules, et permettre au virus de pénétrer à l’intérieur. (Source : Mme Lise Abiven, doctorante université de la Sorbonne (Paris). 

2- Pandémie de 1918 : Quand la grippe américaine ....devient espagnole ....par la manipulation des médias français ...s'essaime à travers le monde 

En 1918, en temps de guerre la souche H1N1 de la grippe s'est propagée dans un camp militaire au Kansas - USA. Rapidement les États - Unis sont submergés par cette épidémie. En raison d'un manque de transparence des autorités, de nombreuses villes sont paralysées par le nombre considérable de malades et les employés refusent de se rendre au travail. Aux USA il y a eu 500.000 morts de la grippe. Face à la contagiosité et la mortalité excessive, les premières mesures de protection ont été prises par le commissaire à la santé publique de la ville de Saint - Louis dans le Missouri, le Docteur Max C .Starkloff ordonne la limitation du nombre de personnes pouvant se réunir, ferme les écoles, oblige les forces de sécurité à porter un masque ainsi que les citoyens qui utilisent le transport public, qui travaillent à en porter aussi. Saint-Louis a ainsi un des taux de mortalité les plus bas des États-Unis (moins de 60 pour 100 000 environ, six semaines après que les premiers cas ont été signalés. (source: recoupement d'informations Wikipédia). 

Cette grippe s'est ensuite répandue très rapidement en Europe par le biais des mouvements des troupes américaines dans les pays alliés Grande Bretagne, Italie, France. 

Cette grippe H1N1 a été surnommée << grippe espagnole >> du fait que seule l'Espagne qui était non impliquée dans le conflit de la Première guerre mondiale a pu, informer, publier librement des informations sur cette pandémie. Les médias français de l'époque relayaient cette information en mentionnant que la grippe faisait des ravages en Espagne d'où son surnom << d'espagnole >> . Ces mêmes médias ont censuré la gravité de la situation sanitaire en France qui elle aussi était touchée par cette grippe pour ne pas faire savoir à l'ennemi que le pays est affaibli. (En France il y a eu entre 250.00 et 400.000 morts de la grippe selon les sources). (source: recoupement d'informations Wikipédia) 

En raison du contexte de l'époque avec les différentes colonisations de territoires, des bateaux européens transportant des marchandises et des marins asymptomatiques porteurs du virus partent vers les pays en Afrique, en Océanie, en Asie pour propager et contaminer les populations de ces contrées. 

La grippe << espagnole >> qui en réalité est la grippe << américaine >> aurait fait entre 20 et 100 millions de morts selon les sources (l'Institut Pasteur, l'historien M. Nial Johnson: Source: Wikipédia). Ainsi, cette épidémie américaine s'est transformée en une pandémie ravageuse du fait de deux facteurs de mobilité : le déplacement des militaires américains vers l'Europe, et le transport de marins porteurs de virus par bateau vers les colonies de l'époque. 

3 - Le Coronavirus: Une propagation supersonique pour un virus de taille nanométrique 

En décembre 2019, les médecins chinois sont alertés par un virus inconnu qui est apparu chez des personnes travaillant au marché de gros de fruits de mer de Huanan à Wuhan. Ce virus inconnu sera codifié sous le nom de 2019 n- Cov. En quelques mois sa propagation à travers le monde est fulgurante causant plus de 65.272 morts, 1.206.000 cas d'infections diagnostiqués dans 190 pays. (Source: AFP /OMS données du 5 avril 2020). Ce virus nanométrique se trouve donc en contact avec des humains habitant les 5 continents en excluant l'Antarctique, dans des espaces économiques riches et pauvres, dans des milieux bio - climatiques variés, avec des modes de vie et des types d'activités aussi divers, avec une gamme de niveaux de développement, en milieu urbain et rural, etc. 

Nous voilà face à un virus de taille nanométrique qui appuie sa propagation sur les progrès réalisés dans les modes de transport avions, bateaux, trains. Ces moyens de transports modernes ont permis de réduire considérablement le temps de parcours entre les pays. Ces moyens de transports modernes permettent d'acheminer d'un point à un autre de la planète des flux de marchandises et de voyageurs. Tous ces flux de marchandises et voyageurs traduisent l'interdépendance dans laquelle vivent tous les pays, tous les habitants de la planète. La mondialisation de l'économie à laquelle il faudrait arrimer la mondialisation des crises sanitaires. 

Nous voilà face à un virus nanométrique qui fait brusquement changer l'échelle d'intervention de soins des systèmes de santé mondiaux. Nous passons d'une situation où le système de santé est conçu pour des prises en charge individuelle dans des services spécialisés tels que la pédiatrie, la neurochirurgie, la cardiologie, la gynécologie, la traumatologie etc, à une situation ou le système de santé doit faire face avec l'arrivée massive de patients infectés dans deux services spécialisés des hôpitaux, le service des maladies infectieuses et la réanimation. 

4- Le virus nanométrique qui met sous respirateur artificiel les systèmes de santé des grandes puissances G-7 

Le Groupe des sept (G7) est un groupe de discussion et de partenariat économique de sept pays réputés en 1975 pour être les plus grandes puissances avancées du monde qui détiennent environ les 2/3 de la richesse nette mondiale puis 45 % en 2019: Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni. Le groupe est élargi à la Russie en 1997 pour devenir le G8, après l'annexion de la Crimée par la Russie cette dernière est temporairement suspendue (Source : Wikipédia). 

Hormis l'Allemagne qui dispose de moyens humains et matériels conséquents semble bien maitriser les effets du Coravinus sur la santé de sa population, les autres puissances économiques sont désarticulées face à cette pandémie. 

À bien des égards leur système de santé est géré souvent comme un fait économique ou l'efficacité, la rentabilité, sont le leitmotiv des gestionnaires/décideurs (tableaux de bord; indicateurs de performance; modèles mathématiques; cascade et escalade de l'information; le Lean management...). Avec toute leur expertise de l'expertise, cette fois - ci, les gestionnaires/décideurs des systèmes de santé des puissances économiques ont manqué de rigueur, de lucidité, d'efficacité dans la gestion des stocks des équipements de protection individuelle nécessaires, indispensables, requis pour assurer la protection du personnel soignant qui se trouve en première ligne dans les établissements de soins. 

Avec toute leur science théorique, cette fois - ci les gestionnaires/décideurs des systèmes de santé des puissances économiques ont négligé et failli à l'une des missions de la santé : la prévention, en ne protégeant pas les employés des services stratégiques. 

Avec tous leurs modèles mathématiques de gestion , cette fois -ci les gestionnaires/décideurs des systèmes de santé des puissances économiques vont élaborer une boite à outils pour les professionnels de la santé mobilisés sur le terrain pour les informer sur : Comment entreposer les corps des milliers de patients décédés? comment les enterrer ou incinérés sans permettre aux familles de leur rendre un dernier hommage? Comment tous les équipements de protection individuelle finissent par émerger à l'autre bout de la chaine sous la forme de déchets biomédicaux et qui seront incinérés sans libérer des cendres toxiques? Comment protéger les mains de l'exposition aux solutions hydro alcoolique (en moyenne un soignant dans l'unité de soins se met 100 fois par jour la solution à 70 % de teneur ou plus d'alcool)? Comment éviter l'épuisement professionnel? 

Comment empêcher un patient résident dans une structure d'accueil atteint de démence, de troubles cognitifs d'errer en plein confinement? 

Comment ? comment? comment? jusqu'a l'infini. Ces erreurs de gestion affecteront durablement les économies de ces pays. Le confinement nécessaire, indispensable pour réduire les risques de propagation dans la population va accentuer les faillites d'entreprises et augmenter le chômage de masse. 

Le Groupe des sept (G7) a toujours eu une attitude désinvolte, méprisante à l'égard de la Chine en ne l'invitant pas à rejoindre ce cercle de grandes puissances économiques. Avec la crise sanitaire du Coronavirus, les sept découvrent leur dépendance vis à vis de la Chine, tous les produits, équipements pour réduire la propagation du virus, et pour soigner les patients positifs portent le sceau Made In China. Et pourtant ce groupe des sept a toujours défendu que le capitalisme est la meilleure forme d'organisation d'une économie industrielle. 

M. Gérard Dussouy, Professeur de géopolitique à l'université de Bordeaux écrivait à propos de la conception géopolitique chinoise << Si le monde a un centre, c'est la Chine qui est son milieu. La Chine est le centre du monde, L'Empire du milieu. >> 

La Chine a incorporé dans sa stratégie de développement les sciences, les techniques et la formation qui a permis la croissance de son industrie. De fait, cette crise sanitaire mondiale la consacre comme étant la 1ere puissance économique mondiale. 

Makhlouf HAMLAT.

Maître de conférences. Post-doctorat en géographie de la santé. Docteur d’État en géographie sociale. DESS en environnement, prévention et santé. Conseiller aux établissements de santé et de services sociaux - Canada 

Catégories : Focus

Lire tous les articles de la rubrique Focus