Comment Poutine a envoyé balader Netanyahu

Comment Poutine a envoyé balader Netanyahu
Médias | 28 Aout 2017 | 15:21

Les commentaires se sont multipliés ces derniers jours sur le pourquoi du « non » russe à Israël en Syrie. Le récit de la rencontre « ratée » de Netanyahu avec le président Poutine a fait la une des journaux israéliens qui crient à la trahison russe. Mais pourquoi Poutine a-t-il apposé une fin de non-recevoir à Israël ?

Le journal russe Pravda, organe du parti communiste, fait publier un article où il revient sur les raisons qui ont motivé la Russie de faire passer leur alliance avec l’axe de la Résistance avant toute autre considération:  » Le cauchemar de Netanyahu a fini par devenir réalité: la force Qods du Corps des gardiens de la Révolution islamique et le Hezbollah s’implantent en Syrie pour s’attaquer à Israël. »

Cette « terrible » nouvelle, Netanyahu l’a annoncée le 23 août à Poutine, d’un ton quasi apocalyptique, s’attendant sans doute à ce que son interlocuteur en soit aussi impressionné que lui. Mais rien de tel. Affichant un calme à toute épreuve, baillant même, Poutine a lancé à son hôte ceci:  » L’Iran est l’allié stratégique de la Russie au Moyen-Orient. Bien qu’Israël soit aussi un important partenaire de la Russie dans la région et que Moscou ne perde jamais de vue les intérêts d’Israël. »

Et le journal de poursuivre:  » De toute évidence, le Kremlin fait un très difficile numéro d’équilibriste pour préserver l’équilibre dans ses relations avec l’Iran et Israël. À Sotchi, Netanyahu n’en était pas à son premier tête-à-tête avec Poutine. Plus de six fois, il a rencontré le président russe et mais vu qu’il est l’un des derniers survivants de l’ancienne génération de dirigeants israéliens, on s’attendait à ce qu’il fasse preuve de sang-froid alors qu’il évoquait la menace iranienne. Et bien non, il a donné libre cours à ses sentiments, quitte à se ridiculiser. Les témoins rapportent sa mimique curieuse et ses grimaces d’homme terrifié quand il décrivait devant son interlocuteur la « fin apocalyptique d’Israël » qu’irait provoquer l’Iran, si ce dernier maintient sa présence en Syrie. Or la réponse de Poutine n’avait rien de moins qu’un « désolé, je n’y peux rien ». »

Mais pourquoi une telle indifférence de la part de Poutine ?

Selon le journal russe, l’indifférence affichée par Poutine à l’égard de Netanyahu et de ses menaces de guerre directe contre la Syrie, l’Iran et le Hezbollah prouve à quel point le président russe est conscient des limites de l’action israélienne.

Poutine sait pertinemment qu’Israël n’oserait à aucun moment déclencher une guerre d’envergure contre la Syrie sans le feu vert préalable des Américains. Idem pour toute action militaire contre l’Iran ou le Hezbollah. Poutine sait aussi que la société israélienne ne s’aligne pas forcément sur les positions bellicistes de son Premier ministre quand il plaide à tort et à travers en faveur de la guerre.

Les Israéliens comprennent les limites de leur armée et ne veulent pas être la victime expiatrice des folies guerrières de leur Premier ministre. En ce sens, Poutine n’aurait pas cru un seul mot au discours cataclysmique de Netanyahu concernant son recours à la voie des armes pour endiguer l’Iran.

Quant à la présence de l’axe de la Résistance sur les hauteurs du Golan, l’attitude de Poutine est autrement significative: il semblerait que cette présence ne déplairait pas trop à la Russie. De surcroît, la réalité sur le terrain des combats et la supériorité de l’axe de la Résistance ont convaincu les Russes d’une chose: l’alliance stratégique avec l’Iran vaut plus que toute autre chose. C’est d’ailleurs ce genre de considération réaliste qui a fait que les Américains, eux aussi, ignorent pour les doléances de Tel-Aviv en Syrie.

Les sources bien informées affirment que la Russie chercherait à renforcer sa coopération avec l’Iran sur le plan militaire et ce n’est pas du tout un hasard. Car selon Moscou, la force militaire qui émane de l’axe de la Résistance, complète sa propre force militaire et la présence de cet axe renforcerait même les assises russes en Syrie.

Sans le soutien apporté par le camp de la Résistance à la Syrie, la Russie perdrait sa base arrière en Méditerranée. Et puis le Hezbollah est la porte d’entrée de la Russie au Liban. A tout ceci, s’ajoute d’éventuels contrats militaires que Moscou s’apprête à signer avec l’armée libanaise et qui finira par renforcer le poids russe sur la scène politique au Liban.

Il y a là tous les intérêts que les Russes ont à tirer, quand on pense aux vastes gisements pétro-gaziers en Méditerranée. Certes la Russie est loin d’être d’accord avec la totalité des politiques de la Résistance mais comme dit le dicton, le jeu vaut bien la chandelle.

L’échec de Netanyahu à attirer la Russie dans son camp plonge un peu plus Israël dans un état de désemparement stratégique. La vraie crise pour Israël n’en est qu’à son début. (Press TV)

Lire tous les articles de la rubrique Focus