Ali Haddad, un entrepreneur citoyen !

Ali Haddad, un entrepreneur citoyen !
Contribution | 11 Décembre 2017 | 13:14

Par Ali Benatallah

Quelques langues, quelques plumes s’aventurent, par médias interposés, à faire courir des rumeurs malsaines pour croiser le fer avec les bâtisseurs  du développement économique du pays en vue de détruire la volonté de construire, de briser l’élan des Hommes capables de relever le défi de la crise économique mondiale.

La richesse intellectuelle et/ou matérielle de l’individu participe au progrès et à la prospérité de la communauté nationale. 

Ainsi, la conjugaison des efforts et des sacrifices du citoyen sont des apports positifs à la société et sont donc, dignes de considération et de reconnaissance.

Il faut dire, avec force conviction, que dans le monde des affaires la réussite a pour source le génie des Hommes exceptionnels, aussi il est utile de rappeler aux esprits inconscients que la réussite dans n’importe quel secteur d’activité n’est pas interdite par les lois de la république, ni par la religion islamique et donc, n’est nullement une maladie honteuse, ni un tabou. 

La contribution du secteur privé au développement du pays est imprimée en lettres indélébiles dans la nature de l’ordre de la chose économique et figure en bonne place dans la constitution.

Ainsi, des idées et des Hommes ont fait de l’entreprise une force de frappe économique dans la dynamique du développement national. 

Les bâtisseurs sont des Hommes de valeur porteurs de projets d’avenir et des espérances en devenir, dont le crédo essentiel est de promouvoir un environnement de paix, de stabilité et de prospérité. 

Il est grand temps d’affirmer que ces algériens sont aussi respectables que les Rockefeller des Etats Unis, les Bouygues de France et le bon nombre d’hommes d’affaires sous d’autres cieux.

L’ENGAGEMENT DE L’ENTREPRENEUR CITOYEN

Au commencement, Ali HADDAD était un petit entrepreneur du BTP au début des années 90. Il a su imprimer son nom au moment ou d’autres fuyaient le pays, durant la décennie noire.

Patron de l’ETRHB, sa volonté résistante et ses efforts accomplis ont hissé son entreprise au rang de premier groupe privé algérien du BTP, avec plus de 6000 employés.

En 2014,Ali HADDAD est élu par ses pairs Président du FCE, devenant ainsi une figure incontournable du patronat.

Dans sa feuille de route, il affiche une réelle volonté de traduire dans les faits le véritable rôle du secteur privé, en tant que moteur de la croissance et du développement, en permettant l’émergence de l’entreprise privée comme acteur majeur dans la sphère économique.

Et, de 1999 à ce jour il ne cesse de soutenir, sans répit, le programme du Président BOUTEFLIKA pour la paix et le redressement national.

LE NOUVEL ELAN DU FCE

Force de réflexion et de propositions, le FCE est un partenaire signataire du Pacte National Economique et Social.

Il constitue la plus importante organisation patronale dont la force des chiffres parle d’elle-même : 2000 membres, 4000 entreprises, 300.000 employés, 4000 Milliards de dinars de chiffre d’affaires.

Monsieur Ali HADDAD a réussi avec brio à donner un nouvel élan collectif extraordinaire au FCE, de par la conquête d’une place digne des grandes organisations patronales des pays avancés.

Militant pour l’entreprise, source de création de richesses et d’emplois, sa stratégie s’inscrit dans le nouveau mode de gouvernance entrepreneuriale, basé sur l’initiation des actions innovantes.

Il conjugue l’accompagnement et le soutien des initiatives individuelles au service de la croissance, en entreprenant des propositions pour la défense des intéressés par le dialogue et la concertation avec les Institutions et les secteurs économiques et sociaux, pour une meilleure promotion de l’entreprise.

Ce renouveau est entamé par un déploiement à travers une intense mobilisation des entreprises citoyennes pour une économie solidaire et une ouverture à l’internationale, afin de concourir à promouvoir la bonne image de nos compétences entrepreneuriales.

Dans cette optique, le bilan de l’exercice triennale du FCE est très positif.

La création d’un espace pour la jeunesse  dénommé « JIL’FCE » en 2015, destiné à encourager et accompagner les jeunes entrepreneurs. 

Dans le même cadre une caravane traverse le pays du Nord au Sud et d’Est en Ouest et marque son passage par la sensibilisation et la conscientisation pour libérer les énergies et les initiatives de la jeunesse et répondre à la volonté dynamique de promouvoir l’entreprenariat des jeunes.

Avec le lancement de l’opération « BASMA DJAZAIRIA », pour la valorisation de la production nationale. Mentoudj Bladi, le label Origine Algérie Garantie (OAG), le made in algéria tend à la réduction de la facture d’importation et soutenir le produit local, en gagnant la confiance des consommateurs.

L’Université d’été du FCE est un rendez vous annuel qui rassemble des membres du gouvernement, des responsables d’organisations patronales et syndicales, des experts, des entrepreneurs et des cadres.

Cet événement grandiose est devenu un cadre de rencontre et un espace d’expression par excellence pour les élites qui animent la scène.

DES ACTIONS DE SOLIDARITE

Sur le volet de la solidarité sociale, le FCE s’associe au front des actions de bienfaisance. 

Pour la troisième année consécutive il a distribué 100.000 couffins aux nécessiteux durant le Ramadhan. De même que le lancement de l’opération « Un cartable pour l’avenir » en sa troisième édition au profit de 100.000 enfants défavorisés.

A cela s’ajoutent des visites durant les fêtes aux malades hospitalisés, tout particulièrement ceux venus des régions lointaines.

D’autre part, il est largement impliqué pour favoriser l’insertion des personnes en situation de handicap dans le milieu du travail.

Coté sport, Ali HADDAD est un amoureux du Football. Il a toujours été au premier rang pour le sponsoring de l’USMA, avant de devenir le patron en 2010, pour en faire une équipe qui gagne.

 PRESENCE A L’INTERNATIONALE

L’action à l’internationale du FCE est destinée à mobiliser la diaspora algérienne à l’étranger, en vue de favoriser le développement des relations bilatérales à travers le lobbying à l’étranger.

Cette offensive renforce le cadre de la diplomatie économique et la coopération internationale et consolide les relations avec les grandes organisations patronales des autres pays.

Avec l’installation des représentants honoraires du FCE dans bon nombre de grandes capitales du monde ; France, Etats Unis, Allemagne, Royaume Uni, Espagne, Emirats Arabes Unis et la liste est encore longue, a pour finalité d’encourager le partenariat gagnant-gagnant avec les investisseurs étrangers et soutenir l’entreprise algérienne pour conquérir une place de choix sur le marché mondial.

En ces dernières années, la présence fort remarquable du FCE à tous les grands événements économiques mondiaux pour présenter les potentialités du pays et offrir une visibilité attractive du marché algérien et ses avantages, ainsi que de promouvoir le partenariat et le transfert des technologies et le savoir-faire.

L’Algérie étant la porte de l’Afrique, le FCE s’active à renforcer l’ouverture et la présence du pays sur le continent, comme axe géoéconomique prioritaire qui représente un vaste marché très solvable.

Enfin, l’organisation du Forum Africain des Affaires est une réussite totale.

LES PARTISANS DU MOINDRE EFFORT

Il n’y a pas de quoi être fier de se faire valoir en ayant une frilosité démesurée à l’égard des bâtisseurs, de par une surexcitation qui dépasse le sens élémentaire de la correction et de la retenue, cet état de fait n’échappe nullement à la force d’imagination du simple citoyen.

Et pour mémoire, ces fameux manipulateurs de l’opinion publique avaient traité le peuple des citoyens de « GHACHI » comme d’autres avaient déclaré «  Je me suis trompé de peuple ».

Les compagnons du Président BOUTEFLIKA, de Ahmed OUYAHIA à Chakib KHELIL et de Said BOUTEFLIKA à Ali HADDAD  sont dans le collimateur des perpétuels opposants.

On constate à l’œil nu que les partisans du moindre effort offrent l’Algérie au pitoyable spectacle en dessinant de fausses réalités, fruits de leur imagination délirante.

Ces prétendants notoires, forts en propagation du négativisme à outrance et de la stagnation dans le labyrinthe des préjugés et des idées préconçues, ne savent distinguer l’envers de l’endroit.

Le citoyen averti est capable d’éclairer certaines zones d’ombre en portant un regard lucide sur ce qui est juste et ce qui est faux, pour faire la différence entre la prédation et l’ambition patriotique.

Et pour s’en convaincre, Monsieur Ali HADDAD, PDG de l’ETRHB, a répondu convenablement, par communication à la presse, avec force détails et hautes précisions, documents à l’appui et des chiffres et des dates faisant foi, sur chaque projet ayant soulevé les griefs du maitre de l’ouvrage.

Ainsi donc, les autorités compétentes en la matière n’ont accordé aucune crédibilité aux tentatives de blocage abusives visant le groupe ETRHB, à travers les dites mises en demeure non justifiées et infondées.

LE SENS HONORABLE

Enfin, plaider pour la juste cause de la raison, afin de soutenir les artisans de l’effort et du sacrifice est certainement un acte patriotique équitable.

Et, dire du bien de la bonne action de l’Homme, en partant du principe de donner un sens honorable au témoignage, n’a rien à voir avec le culte de la personnalité, sinon tout ce qui est bon, bien et beau perd toute sa signification véridique et réelle.

La sagesse populaire dicte que les simples citoyens, ceux qui vivent cachés pour vivre heureux, savent pertinemment qu’en cas de fragilisation de la paix, ils seront les plus malheureux, parce que la paix est source de vie et de quiétude.

Ainsi, ils refoulent les aventuriers de la politique politicienne, en ayant la plus haute certitude que les prédicateurs du malheur n’auront jamais, au grand jamais, raison de la profonde espérance du peuple des citoyens. 

Ali BENATALLAH, écrivain

img_5a2e7e014db3a.jpg

Catégories : Focus

Lire tous les articles de la rubrique Focus