Véhicules neufs : le président Tebboune met la pression sur Ferhat Ait Ali pour finaliser le cahier des charges

 Véhicules neufs : le président Tebboune met la pression sur Ferhat Ait Ali pour finaliser le cahier des charges
Par Abbès Zineb | 10 Aout 2020 | 10:27

Pas plus loin qu’avant-hier samedi, le président de l’Association des concessionnaires des véhicules  se plaignait du retard mis par les services du ministère de l’Industrie à finaliser le cahier des charges, expliquant que pour l’année 2020 les nouvelles immatriculations sont  désormais impossibles du fait que ce texte doit suivre  encore tout un cheminement chronophage  avant  de devenir opérationnel.

Toujours est-il que le président de la République entend bien faire bouger les choses par rapport à ce dossier qui cristallise l'intérêt de l'opinion  en exigeant hier de Ferhat Ait Ali Braham , ministre de l’Industrie,  de faire diligence, plutôt que de se répandre chaque semaine en déclarations pour annoncer l’imminence du fameux cahier des charges, devenu au fil des semaines comme une sorte d’Arlésienne.

Dans le communiqué du Conseil des ministres consacré à ce dossier,il est, en effet,  souligné que  le président Tebboune,  « est revenu sur le caractère urgent de la présentation, avant la fin de la semaine, du cahier des charges sur les véhicules neufs qui, conformément aux décisions prises lors du dernier Conseil des ministres, ne devraient concerner que les nationaux. »

Outre l’urgence en termes de calendrier, la semaine prochaine au plus tard , le président de la République, ajoute le communiqué,   a mis en exergue « l’importance de veiller à la mise en œuvre effective et transparente de ce dispositif de sorte à en faire bénéficier les véritables opérateurs économiques agissant dans le domaine de la sous-traitance »

 De même qu’il a été question dans les propos du chef de l’Etat de «  contrôle du strict respect par les bénéficiaires, des dispositions du cahier des charges et l’application rigoureuse des sanctions en cas de manquement. » Cela en attendant  « Un texte séparé (qui) devrait être pris s’agissant des étrangers. »

La balle est donc dans la camp de Ferhat Ait Ali qui doit passer à la vitesse supérieure pour être au rendez-vous fixé par le président , la semaine prochaine.  

Voir tous les articles de l'économie