Université : consultations en perspective pour une réforme structurelle « en profondeur »

   Université : consultations en perspective pour une réforme structurelle « en profondeur »
Par Abbès Zineb | 10 Aout 2020 | 12:59

Le Conseil des ministres s’est penché  dimanche sur le dossier de l’université qui, pour cause de Coronavirus, est en cessation des activités pédagogiques.

Le président Tebboune a tenu d’abord à mettre en avant la nécessité de bien clarifier la situation entre achèvement de l’année 2019 /2020 et le début de l’année 2020/2021 qui nécessitent des dispositions  administratives et pédagogiques et sanitaires différentes.

Mais au-delà de cette question conjoncturelle, le président de la République entend secouer le marasme dans lequel se trouve empêtrée l’université algérienne depuis des années su fond de contestation permanentes tant par rapport au système de formation, notamment le fameux LMD la question des œuvres universitaires, etc…

A ce propos, le président Tebboune a demandé au Premier ministre en collaboration avec le ministre de l’Enseignement supérieur d’engager  « à brève échéance, et dans la concertation la plus large possible, de réformes structurelles profondes du secteur, sans perdre de vue l’indispensable réflexion globale sur celle du système des œuvres universitaires, à travers la rationalisation des dépenses et l’amélioration des prestations fournies aux étudiants, allant du système d’hébergement à celui du transport. »

S’agissant du dispositif du transport des étudiants, le président préconise de nouvelles solutions pour justement éviter le situation de monopole, en favorisant du coup la concurrence.

Actuellement le transport universitaire est assuré  en partie par la RSTA et en partie par les bus de Tahkout Mahieddine, à la faveur d’un contrat négocié avec Ahmed Ouyahia, alors premier ministre.

 S’agissant de la formation, le président est favorable à « l’ouverture de la formation pour le master et le doctorat à tous les étudiants qui le souhaitent, sans sélection préalable, notamment en recourant à l’enseignement à distance qui peut être une formule appropriée à condition qu’elle soit soutenue par les moyens technologiques et satellitaires nationaux. »

Actuellement le master 1 et 2 ne sont accessibles qu’aux étudiants ayant obtenu un certain nombre de modules sans avoir refit l’année, alors que le doctorat reste soumis au concours d’accès qui est très sélectif.

Dans le cadre de la réforme projetée, le président entend créer la connexion entre l’université et l’économie réelle « avec la possibilité de prestation effective en faveur de ses différents segments. »

La ville de Sidi Abdellah , technopole est appelée à être une sorte de fer de lance de cette université post réformes qui s’appuiera aussi sur  le système des grandes écoles, selon le communiqué du Conseil des ministres. 

Voir tous les articles de l'économie