Le président Tebboune confirme la révision de l’accord d’association avec l’UE

 Le président Tebboune confirme la révision de l’accord d’association avec l’UE
Par Hakim Megati | 21 Septembre 2020 | 12:25

«Nous ne pouvons pas renoncer à l’accord d’association avec l’UE et nous ne pouvons pas nous éloigner de l’UE (…) mais nous allons revoir le calendrier et les partenaires européens sont d’accord concernant cette révision à laquelle s’attellent des économistes»  a déclaré le président Tebboune dimanche lors de sa rencontre avec deux journalistes de la presse nationale.

Voilà un propos clair et officiel a destination des dirigeants européens qui s’impatientent  sur le démantèlement des barrières tarifaires conformément à l’accord d’association entre l’Algérie et l’UE prévu pour le mois de septembre.

Il y a quelques semaines, un haut responsable de la Commission européenne avait en effet exprimé son étonnement de ce que l’Algérie n’ait pas appliqué cette clause et qu’elle n’ait pas fait son opposition par écrit.

Le président Tebboune a donc confirmé que l’Algérie procèdera à une révision du calendrier relatif au démantèlement tarifaire de sorte à prendre en considération «ses intérêts économiques».

Le chef de l’Etat  a ainsi expliqué que le démantèlement  tarifaire qui va ouvrir le marché algérien à tous les produits de l’UE, «sera lié à l’évolution de l’industrialisation de l’économie nationale».

Il en veut d’autant plus que l’objectif de ce démantèlement est aussi, la «vente des produits algériens sur le marché européen» qui, faut-il le rappeler reste quasiment inaccessible.  

Désormais la démarche algérienne vise à casser ce partenariat  à sens unique de «gagnant-perdant» qui a permis aux européens d’amasser plus de 100 milliards d’euros du marché algérien depuis 2005 contre une dizaine pour l’Algérie.

C’est pourquoi le président de la République a insisté  sur l’attachement de l’Algérie à ses intérêts économiques  en faisant remarquer que : «nous sommes en principe des partenaires de l’UE mais pas au détriment de notre économie».

Voir tous les articles de l'économie