Investissements en Algérie : les Américains réclament la transparence et pointent la bureaucratie

 Investissements en Algérie : les Américains réclament la transparence et pointent la bureaucratie
Par Amel Benabi | 11 Octobre 2018 | 17:24

La tenue, la semaine dernière, des pourparlers sur l’Accord-cadre sur l’investissement et le commerce (TIFA) de 2018 entre les gouvernements algérien et américain à Washington, DC, a été l’occasion pour les hommes d’affaires américains de se plaindre des blocages qui rendent l’investissement en Algérie «difficile».

L’ambassadeur des Etats Unis,  John Desrocher, s’est fait l’écho aujourd’hui jeudi lors d‘une conférence de presse des réticences des opérateurs de son pays sur l’investissement en Algérie. «Ce que j’entends le plus souvent de la part des entreprises américaines qui envisagent d’investir en Algérie, c’est que des problèmes tels que les restrictions à l’importation, la lourdeur de la bureaucratie et les mesures réglementaires et les difficultés de transfert monétaire réduisent l’attrait de l’Algérie en tant que destination des investissements», a dit l’ambassadeur.

En effet, la délégation américaine  composée des officiels du Bureau du représentant américain au commerce ainsi que les Départements d’État, du Commerce, de l’Agriculture, du Travail et de l’Energie,  a souligné, d’après M. Desrocher «l’importance» des droits de propriété intellectuelle et de la «protection des données» pour une relation commerciale «saine».

Il a réitéré le fait que l’attrait des investissement américains en Algérie nécéssite  «plus de transparence, plus de prévisibilité et un meilleur accès aux marchés».

La délégation algérienne, représentée par des officiels des ministères du Commerce, des Affaires étrangères, des Finance, de l’Energie, de l’Agriculture, du Développement rural et de Pêche, de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, du Tourisme et de l’Artisanat ainsi que l’Office national du droit d'auteur et des droits voisins (ONDA), a quant à elle décrit les mesures prises pour garantir le respect des normes internationales en matière de DPI.

L’ambassadeur a expliqué que les accords-cadres sur le commerce et l'investissement (TIFA) fournissent des «cadres et stratégiques des principes pour le dialogue sur les questions de commerce et d'investissement entre les États-Unis et les pays partenaires».

John Desrocher s’est dit convaincu que «l’intensification» des échanges et des investissements avec les États-Unis contribuera à l’objectif déclaré du gouvernement algérien de «diversifier et de renforcer son économie».

Il a affirmé dans cette perspective que  les États-Unis sont aux côtés des algériens notamment les jeunes «pour les aider à atteindre leurs objectifs et leurs aspirations». L’ambassadeur des Etats unis en Algérie s’est enfin félicité de la signature l’année dernière de plusieurs accords de coopération entre les deux pays,  de l’escale de l'USS Carney au port d’Alger, et de l’ouverture de deux… pizzerias Pizza Hut à Alger !

Voir tous les articles de l'économie