Ils sont plombés par une contraction de la demande : les prix du pétrole dévissent

 Ils sont plombés par une contraction de la demande : les prix du pétrole dévissent
Par Amel Benabi | 15 Juin 2017 | 17:45

La conjonure pétrolière se présente décidément mal pour l’Algérie. Les prix du brut ne risquent pas de repartir à la hausse, du moins pas au niveau escompté pour booster les recettes du pays.

En effet dans son rapport mensuel rendu public mardi, l’agence internationale de l’énergie (AIE) s’attend à un déficit du marché pétrolier de 500.000 barils par jour (bj), soit 200.000 bj de moins que le déficit annoncé il y a quelques semaines. Du coup, les cours vont  forcément face à une contraction de la demande.

 La baisse de la demande pétrolière mondiale, souligne le document de l’AIE, est due principalement au «ralentissement» des économies chinoise et européenne ainsi qu’à l’augmentation de la production pétrolière des pays non Opep.

L’agence s’attend à l’augmentation de la production américaine de 780.000 barils par jour au moins, à partir de l’année 2018 et à la mise sur le marché par les producteurs non membres de l’Opep de 1,5 million de barils par jour supplémentaires l’année prochaine, ce qui est, observe-t-elle, « légèrement plus que la hausse attendue de la demande mondiale ».

Et comme il fallait bine s y attendre, cette funeste prévision de l’AIE a tout de suite impacté les cours du brut. Le rapport mensuel de l’AIE a fait chuté mardi  le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août valait 48,21 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, de 51 cents par rapport à la clôture.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de « light sweet crude » (WTI) pour le contrat de juillet, cédait  58 cents à 45,88 dollars. Pour l’économie Algérienne il s’agit là de  mauvaises nouvelles qui soulignent un peu plus son indispensable diversification. Le plan d’action du gouvernement adopté aujourd’hui par le Conseil des ministres, en fait d’ailleurs un principe cardinal, tant comme, la souligné le président de la République : «nous sommes face à des défis majeurs»   

Voir tous les articles de l'économie