Escalade sociale :l’institution parlementaire à l’initiative

Escalade sociale :l’institution parlementaire à l’initiative
Par Nabil Semyane | 13 Février 2018 | 11:43

Devant la montée de la contestation sociale et son incarnation par les grèves dans les secteurs de l’Education et de la Santé, des observateurs ont déploré « l’indifférence » des députés.A juste titre, du reste.

 Le rassemblement des médecins résidents hier devant le siège de l’APN semble avoir débloqué les choses au niveau de l’institution parlementaire avec deux initiatives concomitantes dans les tuyaux.  

 D’une part, le président de l’APN qui propose de jouer au  juge de paix entre le ministre de la Santé et les médecins grévistes, en leur demandant de faire de propositions,aprés les avoir reçus   dans son bureau , au terme du rassemblement.

 Le MSP, dont la direction nationale n’a pas cessé d’appeler au dialogue, fait, pour sa part,  dans le pragmatisme à travers son groupe parlementaire qui veut mettre sur pied une commission de médiation multipartisanne.

 Dans un communiqué rendu public hier soir, le groupe du parti islamiste explique que son initiative « est dictée par la série de grèves et de contestations qui touchent plusieurs secteurs, notamment l’Education et la santé, face à l’incapacité des ministères concernés à trouver une solution à une situation pourrie »

 Le communiqué signé par le chef du groupe, Nasser Hamdadouche, soulignant « le caractère sensible des secteurs de l’Education et de la Santé et leur rapport directe avec la société », appelle les députés des autres formations politiques à se joindre à l’initiative.

 Plus concrètement, le MSP, une fois cette commission mise sur pied (ce qui est loin d’être acquis soit dit en passant), propose de rencontrer les syndicats frondeurs pour faire un tri entre « revendications réalistes, raisonnables » et celles qui ne le seraient pas, au regard de la situation financière du pays.

Le deuxième étage de la fusée serait une rencontre à trois, syndicats, ministère et députés (comme médiateurs) pour plancher  ensemble sur  des solutions,à travers une sorte de brain storming, « à condition qu’il existe une volonté politique pour un dialogue sincères et des engagements contraignants », précise encore le communiqué du groupe du MSP. 

Alors, le parlement réussira t-il , là où le gouvernement s'est planté?

  

   

Voir tous les articles de l'économie