ANSEJ : ceux qui ont vendu leur matériel seront bien poursuivis en justice

ANSEJ : ceux qui ont vendu leur matériel seront bien poursuivis en justice
Par Nabil Semyane | 15 Février 2017 | 15:04

Les jeunes investisseurs qui ont vendu leur matériel acheté avec l’argent emprunté à l’ANSEJ feront bien l’objet de poursuites judiciaires et qu’il n’a jamais été question d’amnistie. C’est le directeur de l’ANSEJ, Mourad Zemali qui l’a déclaré mercredi en marge d’une réunion du bureau de wilaya d’Alger de la Fédération nationale des jeunes entrepreneurs.

Cette déclaration a le mérite de la clareté et ceux qui ont vendu leur matériel pour récupérer de l’argent cash savent désormais à quoi s’en tenir. Mais, selon M. Zemali, ils ne sont pas des masses dans ce cas et ils ne représenteraient que 2.000 personnes, ce qui est déjà beaucoup, des bénéficiaires du dispositif, depuis sa création, il y a une vingtaine d’années.

Au sujet des jeunes dont les projets n’ont pas abouti, mais qui n’ont pas vendu leur matériel, ils  ne seront pas poursuivis en justice, d’autant qu’ils se démènent pour relancer leurs Startup, assure le responsable de l’ANSEJ.

L’opération de recouvrement des créances se poursuit normalement ajoute ce responsable qui précise que pour les jeunes investisseurs qui accusent un retard dans l’acquittement de leurs échéances, pour divers raison sur lesquelles il n’a pas donné de détails, le dialogue à l’amiable  est en cours entre les deux parties pour  établir un rééchelonnement des remboursement , en fonction des capacités financières de chacun.

L’argent des recouvrements pour l’année 2016 a permis le financement de 55 % des projets  d’investissements. Pour ce qui est des perspectives, Mourad Zemali  expliquera que l’octroi de crédits ANSEJ sera plus ciblé. Le projet soumis fera l’objet d’une étude technique rigoureuse en plus d’une opportunité avérée, c’est-à-dire  qu’il  doit  s’inscrire  sur un segment  qui ne soit pas saturé.

Et à l’avenir la priorité des crédits sera accordée aux diplômés de l’université et aux sortants des centres de formation professionnels.    

Voir tous les articles de l'économie