Pr Mebtoul : Qui veut allumer la Fitna et allumer le démon du régionalisme ?

Par Communiqué | 31 Mars 2019 | 00:01

1.-Depuis quelques semaines circulent  des slogans infondés sur la soi-disant nationalité marocaine du président du Sénat Abdelkader BENSALAH qui est algérien de souche depuis des générations. La population  de Beni-Mishel vient de se  soulever  les 29/30 mars 2019  contre cette propagande infondée. Or cette personne, dont je n’ai aucune  relation  avec elle, ni de près, ni de loin, est née  dans le même village que moi même à Beni Mishel, Djebel Fellaoucène, lieu  symbolique de la guerre de libération nationale  où mon oncle le capitaine  Benamar Mebtoul avec ses  soldats  ont été  mitraillés durant cette grande bataille, par l’aviation française ! étant moi même fils d’un grand moudjahid feu Ali Mebtoul emprisonné durant la guerre de libération nationale de 1958/1962 à Lambèse puis El Harrach.

2.-Rappelons que selon les historiens tant algériens que français, la bataille de Fellaoucène (daïra de Nedroma, Tlemcen) est sans doute l’un des plus importants hauts faits de la guerre qu’a connus la Wilaya V durant la guerre de Libération nationale. Le 20 avril 1957, la chaîne montagneuse des Traras orientales a été le théâtre d’une rude bataille menée par les trois principaux chefs militaires de l’A.L.N Moulay Ali, Tetouane et Mouh Abdellah contre les forces de l’occupation française. L’enjeu militaire de cette bataille fut tellement important que les forces de l’armée coloniale ont utilisé tout leur arsenal militaire pour déloger l’Armée de Libération Nationale de ce bastion imprenable dans l’espoir de mettre fin à l’action militaire de l’A.L.N., en la coupant de sa base qui lui apportait tout le soutien.

3.-Dans ce cas, avec cette propagande nuisible aux intérêts supérieurs de l’Algérie,  tous les habitants des frontières au Sud ( Tamanrasset, Illizi, In Salah etc ) seraient nigériens, tchadiens,  libyens,  à l’Ouest et Sud Ouest (Tlemcen, Ain Temouchent, Sidi Bel Abbes, Béchar , Tindouf) seraient marocains et à l’Est (Annaba,  Tébessa,  Souk Ahras)  seraient tunisiens. Pour éviter toute mauvaise interprétation, en cette conjoncture difficile que traverse l’Algérie, dans plusieurs de mes  écrits récents , j’ai souhaité la démission du président du Sénat afin qu’il n’assure pas  l’intérim en tant que chef d’Etat durant la préparation de l’élection présidentielle,  pour la seule raison qu’il est  militant et membre fondateur du RND, ne pouvant pas être juge et partie, étant  souhaitable une élection d’un autre président du Sénat, non partisan qui fasse le consensus national.

4.-Qui veut  donc la désintégration de l’Algérie par ces propagandes régionalistes destructrices, voulant diviser  le pays entre l’Est et l’Ouest, le Sud et le Centre, entre berbères et arabes, entre francophones et arabophones. Comment ne pas rappeler qu’après  une lutte de plus d'un demi-siècle, la population berbère d'Algérie sous ses différentes variantes (chaoui, kabyle, mozabite, touareg) a obtenu que sa langue, le tamazight, soit reconnue  comme langue officielle et la constitution de 2016  consacre la topologie de la Nation : islamité, arabité, amazighité. Dans ce cadre de cette inébranlable unité, les manifestants  de toutes les 48 wilayas du pays, qui ont  fait l’admiration du monde entier,  ont  créé la symbiose  de tous les Algériennes et Algériens autour de l’hymne national,  l’Algérie éternelle.

30 mars 2019

Professeur des universités  expert international                                        

 Dr Abderrahmane MEBTOUL

Mots-clés :
Catégories : Communiqués

Voir tous les communiqués