USM Alger : guéguerre entre Allik et la direction du club ; 12 milliards comme enjeu

Par Nourredine B | 24 Juin 2020 | 13:18

L’USM Alger semble être entrée en zone de turbulences, à en croire le communiqué de la direction du club, émis mercredi.

En effet cette dernière charge le président du Club sportif amateur (CSA USMA), Saïd Allik (Photo- DR), qu’elle accuse de vouloir «déstabiliser le club en tentant de bloquer le compte bancaire d'une manière illégale et sans fondement», lit- on dans le communiqué.

«Dans une démarche visant à perturber le club, le président du club amateur Saïd Allik a tenté, par le biais du huissier de justice, de bloquer le compte bancaire de l’USMA de manière illégale et sans fondement. Sachant que la justice a ordonné le 16 juin 2020 la suspension de la procédure de mise en oeuvre jusqu'à ce que la Cour d’Alger tranche définitivement cette affaire lors de la dernière audience prévue le 8 juillet», explique la direction usmiste en substance.

Le grief repose sur le fait que le CSA/USMA ait réclamé au Groupe Serport, actionnaire majoritaire de la SSPA-USMA depuis mars passé, la somme de 12 milliards de centimes représentant les créances non-payées par l'ancien propriétaire du club, Ali Haddad, actuellement entre les mains de la justice.

De son côté, et cité aujourd’hui par l’Aps, Saïd Allik a rejeté les accusations portées contre lui, mettant en avant, d’emblée, que la direction du club était  en train «d'induire en erreur les supporters».

«D'abord, je n'ai à aucun moment voulu bloquer le compte bancaire, Allik n'est pas une autorité judiciaire pour le faire, c'est faux. La SSPA a fait appel du jugement auprès de la Cour suprême pour uniquement retarder le payement des créances, mais le jugement est définitif et exécutoire», explique-t-il, ajoutant que «Lors de la réunion des actionnaires du club, tenue le 30 avril 2020, j'ai signifié à Achour Djelloul textuellement qu'il doit se soumettre à la décision de la justice, je l'ai sollicité pour nous voir afin de régler cette affaire et signer la convention, mais il n'a même pas daigné donner suite. C'est malheureux qu'on puisse en arriver là», a-t-il déploré.

En tout état de cause, la formation de la ‘’Médinat’’ d’Alger semble ainsi appareiller droit vers une zone de fortes turbulences, la pomme de discorde valant la bagatelle de 12 milliards. Heureusement , pour loes fans des rouges et noirs, les compétitions sont à l’arrêt pour cause de l’épidémie du coronavirus !