Affaire des conservateurs fonciers : Dix ans de prison et un million de DA requis à l'encontre de Kamel Chikhi

Par Mourad Arbani | 11 Juillet 2019 | 07:29

Une peine de dix  années d'emprisonnement assortie d'une amende d'un  million de dinars algériens a été requise hier par le procureur de la République du tribunal de Sidi M'hamed (Alger), contre le principal accusé dans l'affaire des Conservateurs fonciers à savoir, Kamel Chikhi, dit "El Bouchi". Il est poursuivi pour "incitation à l'abus de pouvoir et octroi de pots-de-vin à des fonctionnaires des services d'urbanisme d'Alger en contrepartie d'indus services".

En outre, le ministère public a requis la saisie de tous les avoirs issus du crime avec des peines allant de deux  à dix  ans de prison et des amendes de 50.000 DA à 1.000.000 DA à l'encontre des 12 autres détenus poursuivis pour abus de pouvoir et de fonction et acceptation de pots-de-vin et de cadeaux de l'accusé principal en contre partie de "facilitations administratives pour la réalisation de ses projets immobiliers".

Lors de cette audience ont été projetés des vidéos, filmés au siège de la société du principal accusé, montrant l'octroi de montants d'argent et de passeports Hadj par le prévenu principal qui, durant son audition, a soutenu que les sommes offertes à des responsables de services de la construction et de l'urbanisme dans plusieurs communes d'Alger "n'étaient que des aides financières, des aumônes ou des emprunts".

Le prévenu Kamel Chikhi est poursuivi dans 4 affaires, dont celle de la saisie de cocaïne au port d'Oran en mai 2018.

Les enquêtes préliminaires instruites dans l'affaire de saisie de cocaïne avaient révélé l'implication, aux côtés de Kamel Chikhi, de plusieurs personnes dans des faits liés à la corruption et à la perception d'avantages en contrepartie de facilitations dans le cadre d'une autre activité telle que la promotion immobilière.