Football national : Les manifestations vont-elles impacter les compétitions ?

Par Nourredine B | 06 Mars 2019 | 11:40

Si la semaine passée bon nombre de rencontres de football, de la L1 notamment,  ont dû être reportées en raison des manifestations politiques que connait le pays, il est fort à craindre  que les reports aillent se multiplier au vu de la contestation populaire qui ne faiblit pas.

Au contraire, elle va en s’amplifiant et devrait culminer ce vendredi justement.

Quand on sait que les stades ont, traditionnellement cette particularité, de constituer un exutoire tout désigné à la colère et les frustrations de la foule, faudrait-il s’attendre à ce que le calendrier championnat national subisse de profonds chamboulements.

De fait, et alors que l’année en cours sera marquée par l’important rendez- vous continental de la CAN 2019, impliquant la sélection nationale d’ores et déjà qualifiée à la phase finale en Egypte en juin- juillet, c’est  un véritable casse- tête chinois  qui se pose à la Ligue de Football Professionnelle (LFP), chargée de la gestion des compétitions.

Le premier à avoir semblé subodorer une telle occurrence est le premier responsable de la LFP, Abdelkrim Medouar, qui a fait état tout récemment de ses envies de remettre le tablier.

Si Medouar  n’a pas expressément évoqué cet impondérable, né de manifestations de rue fulgurantes, préférant s’adosser à de vagues prétextes techniques, il reste que la conjoncture en cours dans le pays ne pourrait s’accommoder du déroulement d’une compétition qui surfait, bien avant,  sur des vagues  de violences multiformes.

Rappelons seulement que le président de la LFP s’était engagé au respect des échéances du programme de la compétition.

Mais les appréhensions sont telles, aujourd’hui, que le spectre des mauvais jours plane même sur  la prochaine sortie de l’EN, pour le compte de la dernière journée des éliminatoires de la CAN 2019, prévue le 22 mars a stade Mohamed Tchaker de Blida.  

A rappeler que l’Algérie occupe la première place du Groupe D, avec 10 points, suivie par le Bénin, 7 points et le Togo et la Gambie avec 5 points, chacun.