Hirak : la mobilisation citoyenne au rendez-vous avec le "V38"

Par Nabil Semyane | 08 Novembre 2019 | 11:50

La « Révolution du sourire » marque en ce vendredi 9 novembre son « V38 », entendre 38ème journée de mobilisation populaire qui intervient  après la déferlante humaine  de la semaine dernière à l’occasion de la commémoration du 56ème anniversaire du début de la lutte armée.

Les appels sur les réseaux sociaux  se sont multipliés  ces deux derniers jours en faveur du  maintien de la mobilisation pour réitérer les revendications du Hirak, à savoir le rejet de la présidentielle du 12 décembre, la dénonciation des cinq candidats adoubés par l’Autorité électorale et l’exigence du départ de toutes les figures du système.

Alors, la mobilisation sera-t-elle au rendez-vous aujourd’hui ? La question est à poser surtout qu’à Alger, cœur battant du mouvement populaire, la météo ne sera pas au beau fixe. Mais on a vu, à l’occasion des précédentes « manifs », des marcheurs braver la chaleur et les rigueurs du Ramadhan.

Sur le plan politique, ce « V38 » intervient une semaine presque, après la proclamation des résultats des candidats par l’ANIE qui après étude des dossiers, n’a retenu que cinq sur les 22 qui ont déposé leurs dossiers.

Même si la messe est quasiment dite, il faut néanmoins attendre le verdict du Conseil constitutionnel, pour la validation définitive des candidatures et l’enclenchement de la prochaine étape du processus, à savoir le démarrage de la campagne électorale  qui verra les cinq candidats se frotter à la population.

L’occasion de mesurer qui des deux messages du Hirak ou du pouvoir est passé au niveau de la population, s’agissant de cette élection du 12 décembre. Une indication déjà : Ali Benflis, potentiel présidentiable, a eu droit à une bronca en se rendant le soir de la proclamation des résultats  dans un restaurant situé dans un quartier à l’ouest d’Alger.

Par ailleurs, cette semaine est marquée également par l’hospitalisation du maquisard Lakhdar Bouregaâ, figure majeure du Mouvement populaire pour une intervention à l’hôpital Mustapha, suite à une occlusion intestinale. L’hospitalisation a eu un écho retentissant sur les réseaux sociaux  qui ont multiplié les éloges à son égard..

Enfin, il convient de relever aussi cette nouvelle sortie du chef d’Etat-major de l’Armée mercredi à l’hôtel militaire de Beni Messous, à l’occasion d’une journée thématique sur « Le rapport de l’Armée et la société ».

Ahmed Gaid Salah, a de nouveau chargé ce qu’il appelle « la bande », qui prête selon lui, à l’institution militaire, à travers le mot d’ordre du Hirak « Etat civil et non dictature militaire », des velléités de prise de pouvoir.

« Des idées pernicieuses » qui n’existent que dans l’esprit de leurs auteurs qui chercheraient « à provoquer la rupture de la relation de confiance qui existe entre le peule et son armée », fait valoir Gaid Salah qui rappelle que l’institution militaire « reste attachée à ses prérogatives constitutionnelles ».