«L'heure des comptes» et des «grandes manipulations» !

Par Contribution | 05 Juillet 2019 | 15:28

Par Amar Djerrad

Les manipulateurs au service du «système», honnis par le peuple au travers du Hirak, battent le plein en usant de tous les moyens pour s'en sortir et faire perdurer leur régime mafieux politico-financier qui a mis le pays en grandes difficultés !

Toutes les actions légales actuelles de la justice et des services de sécurité - enquêtes, interpellations, poursuites judiciaires ou arrestations - ne peuvent se faire sans le soutien de l'Armée Nationale populaire qui a pris fait et cause des revendications légitimes du peuple exprimées durant le «véritable Hirak» (des vendredis) que les manipulateurs essayent, obstinément, de dévier dans le sens opposé !

Toutes les tactiques méprisables ont été utilisées pour faire discréditer l'ANP (et ses officiers de l'état-major), afin de l'affaiblir et faire, espèrent-ils, cesser les poursuites de leurs parrains ou les délivrer ! Sans succès ! 
Ils n'abandonnent toujours pas, car se sentant forts encore de leur argent et de leur corruption, selon la devise «moi, ou le désordre» !

Les dernières trouvailles sont des provocations par l'introduction de l'emblème supposé «amazigh» et la manipulation de figures de la Révolution algérienne (âgés et peut-être séniles) :

-  A propos de l'emblème «amazigh», il est clair qu'il a pour but de diviser tout en semant la confusion entre les citoyens d'une part et entre ces derniers et le «pouvoir» engagé pour les changements, en particulier l'Armée qui soutient les revendications populaires d'autre part !

Il y a, cependant, tromperie au sujet de ce drapeau introduit, subitement, d'abord lors des pseudos «hirak» hors vendredi.

Sans s'interroger sur les conditions de sa création, beaucoup ne voient pas le grave danger qu'il porte et qui est le suivant:

Comme il est exhibé en guise de symbole séparatiste et identitaire dans tous les pays d'Afrique du nord, dont l'origine est en effet "Amazigh", il est logique, qu'à terme, c'est d'en faire un seul pays, sous le même emblème, avec l'élimination des frontières. Il n'y aura donc plus d'Algérie, du Maroc, de Tunisie, de Libye etc... Aucune différence donc avec les objectifs des islamistes dont l'idéologie déclarée est l'élimination des frontières pour en faire un Califat. Il n'est donc pas étonnant qu'ils soutiennent dans le fond cette idée "berbériste", car elle répond, en grande partie, à leur objectif . Il leur sera facile de les faire basculer vers la tutelle envisagée! L'intervention des hautes autorités de l'Armée pour rappeler qu'il n'y a «qu'un seul drapeau» n'est donc pas sans raisons objectives!

Les quelques arrestations opérées pour ce motif d'exhibition de cet emblème divisionniste sont donc légales et légitimes qui tiennent de la sécurité et de l'intégrité territoriale ! Certains manipulateurs ont osé pousser le culot jusqu'à y affirmer que ces condamnations n'ont pas de base juridique ! S'il n'y en a pas en Algérie ou dans un quelconque pays pourquoi ont-ils alors de drapeau qui les distinguent ? Sinon on peut exhiber n'importe quel drapeau de n'importe quel pays en concurrence avec celui de l'Algérie ; par exemple celui de la Turquie, des USA, de la Russie, de l'Arabie Saoudite, d’Israël, de France etc, sans être inquiété ! On comprend bien que ces «défenseurs» ont des objectifs douteux et malsains !

Les «berbéristes» et les tenants du système ont toutefois réussi à infiltrer le véritable «hirak» en provoquant des mini-manifestations parallèles, hors vendredi, avec leurs revendications, pour ensuite les confondre avec les «hirak» des vendredis et en faire des «revendications du peuple» !

Une personnalité politique a même lancé, comme revendication et souhait «du peuple», la démilitarisation de l'Algérie (?!) Rien que ça !

Même des groupes islamistes ont introduit leurs slogans selon leurs obédiences multiples !

Toute cette instrumentalisation et manipulation ont fait que la majorité des manifestants, attachés aux revendications des débuts, que l'Armée a cautionné, se sont retirés, laissant ce qu'ils qualifient, improprement voire abusivement, de «hirak des zouaves». La vérité est que ces derniers sont coincés entre la propagande qu'ils ont subi correspondant, croient-ils, à leurs convictions sûrement saines et la réalité contraire qu'ils voient tous les jours, que leur raison estime certainement juste !

Dans leur grande majorité, les Algériens ont rejeté le recours à ce drapeau, symbole de la division des Algériens, tout en approuvant les positions irréversibles de l'Armée qu'ils considèrent correspondre à leurs souhaits  et attentes ; d'où leurs décisions de mettre fin à leur «Hirak» jugeant sa poursuite superflue, car sujette aux «hirak» parallèles antagonistes!

En effet, devant toutes les actions légales de la justice et des services de sécurité (qui ne peuvent se faire sans le soutien déclaré de l'Armée), comment la Justice et les officiers de l'état-major peuvent-ils être «accusés» de «protéger le système», alors que les plus importantes et influentes figures représentant le régime corrompu - que le peuple cite et accuse - sont, soit sous le coup des enquêtes, soit objet de poursuites judiciaires ou en état d'arrestation ? Comment les arrestations de ces figures qui étaient «vendues» comme des «mises en scène du pouvoir» change, subitement, suite à «une» des dernières arrestations - pour presque le même motif d'outrage contre l'institution militaire en la qualifiant de «milice» (selon une vidéo) - devient curieusement une «arrestation réelle» qui a fait l'objet d'une polémique et contestation des partis et personnalités ? ...alors que l'on ne peut pas nier qu'il a évolué dans le système qui l'a choyé et dont-il a profité des bienfaits jusqu'au «hirak» où subitement il surgit, mais pour discréditer...l'institution militaire !

On organise aussi des réunions d'associations que l'on appelle «société civile» pour en faire un lobby de pression, alors qu'ils ne représentent que leurs adhérents, pas le peuple ! On lance même, en ces moments, les slogans «libération des détenus d'opinion» devenus «libération des détenus d'opinion et politiques» puis «libération des détenus» (tout court) ! Curieuse observation : plus la justice interpelle, juge et condamne, plus les appels à manifester, à contester et à fustiger l'Armée se multiplient ! La raison et la logique ne peuvent être défiées ainsi et à ce point ! La justice civile continue ces actions légales de justice, quelle que soit l'importance des personnes incriminées et la justice militaire entame les siennes quel que soit les grades concernés !

-  L'autre trouvaille est les tentatives de manipuler des figures de la révolution algérienne (vieillards et peut-être séniles) dont M. Bouregaa âgé de 86 ans, en le poussant à faire des déclarations hostiles à la cohésion de l'Armée (qu'il a traité de milice selon une vidéo) – discréditant par ce geste tous nos soldats qui protègent nos frontières ou qui nous ont sauvé durant la décennie sanglante en se sacrifiant (des milliers en sont morts) - le faisant ainsi tomber sous le coup de la loi en particulier pour «participation, en temps de paix, à une entreprise de démoralisation de l'armée ayant pour objet de nuire à la défense nationale et à un corps constitué» selon les chefs d'accusation ! (croient-ils que ses faits d'armes durant la révolution l'immunisent de poursuites judiciaires ou est-ce un faire-valoir!) Mal lui en a pris, la justice l'a rattrapé! 

Les manipulateurs s'en sont saisi de cette arrestation pour «prouver» au peuple que l'Armée (ou une faction) est et reste du «système» et qu'elle peut, comme preuve pour le défendre, aller jusqu'à attenter à l'honneur des «grandes figures de la révolution algérienne». Donc un faire-valoir ! Tactiques et méthodes fourbes, funestes et honteuses dignes des escrocs ! Par curiosité, lisons cet étrange communiqué du FFS à son sujet «aucun prétexte n’est recevable devant ce déni de l’histoire et de ses braves artisans. Nous exigeons sa libération immédiate et sans conditions».... Donc il n'est pas justiciable quel que soit le motif du fait de son passé de moudjahid et aussi de fondateur du FFS ...

Même l'ONM a pris son parti sachant que dans ses engagements qu'être un ancien Moudjahed ce n’est pas qu’un titre, c'est surtout avoir un discours qui motive, qui unifie, pour bâtir et avancer; pas un discours populiste d'exclusion, qui stigmatise !

N'aurait-il pas été plus honnête et humain de laissez ces personnalités en paix au lieu d'en faire des boucliers à vos conflits?

Malgré toutes ces manœuvres, relayées par une certaine presse, le peuple a bien compris que le «duel» est plutôt entre l'Armée avec son Etat-major que soutient les véritables hirakistes d'une part et les pseudo-hirak déviants que soutiennent la mafia politico-financière aidée par des partis, des personnalités, des médias à leur solde d'autre part!

Le peuple, à travers le véritable Hirak, soutient l'Armée et cette dernière soutient leurs revendications tout en réaffirmant, à plusieurs reprises, sont refus de cautionner les propositions, anticonstitutionnelles, prétendants être une solution à la crise ! «Nous avons affirmé à maintes reprises que s’écarter, sous quelle que forme que ce soit, du cadre constitutionnel, signifie tomber dans des éventualités aux conséquences désastreuses, à savoir basculer dans le chaos (...) C’est le vœu de la bande, de ses têtes et de tous ceux qui leur vouent allégeance...L’Algérie se libère des griffes de la bande et des prédateurs » a déclaré dernièrement le chef d'état-major ! 

C'est cette position et insistance de l'Armée à s'en tenir au respect de la Constitution et aux propositions réalistes et faisables - en dehors de toute «phase de transition» que souhaitent diriger des acteurs politiques par cooptation sans passer par le vote populaire - qui dérange les partisans du statut quo, du système et du désordre !

Des observateurs se demandent comment une personnalité ou une instance présidentielle non élue pourrait se prévaloir d’une quelconque crédibilité pour «préparer les conditions d’une transition démocratique crédible» mieux qu’un président de la république élu au suffrage universel ?

Ils savent parfaitement que, jusque-là, l'Armée n'a pas dévié en s'accrochant à l’option constitutionnelle de l’élection présidentielle et qu'elle n'intervient que dans les cas de sécurité nationale et d'intégrité territoriale (dans la situation actuelle délicate, elle ne fait que donner son avis tout en protégeant les Institutions dont l'indépendance de la Justice (dont-elle précise qu'elle «accompagnera») en conformité avec la Loi fondamentale!

Les algériens découvrent bien des choses que le hirak a mis à nu ! Même des partis et des personnalités dont-on ne mettait pas en doute les positions et les principes ont fini par découvrir leur réalité lorsque confrontées à des situations délicates telles actuelles ! Ils découvrent aussi que beaucoup ne sont que des maillons du système corrompu ! D'où leur slogan «on enlève tout le monde» et leur rejet des partis politiques qui essayent de "chevaucher" le «kirak»

En conclusion, il nous semble utile de rappeler cet extrait de discours du chef d'état-major lors d'une de ses visites d'inspection dans les régions militaires : «Cette gestion illégale a permis de créer des projets stériles et sans intérêts réels pour l'économie nationale. Ils ont été octroyés de manière sélective et à des montants astronomiques sous forme de crédits, ce qui a perturbé la cadence du développement en Algérie. Ces pratiques viciées et immorales sont en parfaite contradiction avec la teneur des discours hypocrites de ceux qui les tenaient»... « Il apparaît clair ... au peuple algérien à travers tous ces dossiers présentés devant la justice qu'il a été procédé par le passé et de manière délibérée, à la mise en place des conditions propices à la pratique de la corruption ... que ce qu'on appelait à l'époque réforme de la justice n'était malheureusement que des paroles en l'air [qui] ont encouragé les corrompus à persister ...et ont été parrainés pour empiéter les droits du peuple ... sans crainte et sans aucune conscience....l'heure des comptes est arrivée et le temps d'assainir notre pays de toute personne malhonnête...»

Amar Djerrad