Week- end de feu en Champions’League : un round de tous les possibles ; sommet Manchester City- REAL Madrid

Week- end de feu en Champions’League : un round de tous les possibles ; sommet Manchester City- REAL Madrid
Par Nourredine B | 06 Aout 2020 | 20:02

Quatre cadors européens et autant d’outsiders aux dents longues vont animer, dès vendredi, les huitièmes de finale- retour de la Champions’ League, un round reporté depuis mars passé, en raison de la pandémie du coronavirus.

En jeu, une qualif. aux quarts de finale, prévus, à partir de la mi août, en un seul match dans la Capitale du Portugal, Lisbonne.

Le programme est tout simplement colossal. A commencer par cette rencontre explosive à l’Etihad Stadium, entre Manchester City et le REAL Madrid.

A l’aller, on s’en rappelle, les Citizens bien menés par le capitaine de la sélection nationale, Ryad Mahrez, en état de grâce, avaient nettement dominé la partie et fait mordre (1-2) la poussière à des Merengues, au creux de la vague à ce moment même en championnat domestique.

Depuis, l’équipe de Zinédine Zidane s’est admirablement repris, enchainant une série inouïe de victoires qui allaient lui permettre de coiffer au poteau son grand rival catalan, le FC Barcelone et rafler la Liga.

C’est donc le plein de confiance pour les hommes de Zizou, qui peut encore s’appuyer sur un Benzema phénoménal, cette saison et en dépit de la désaffection de Gareth Bale et de James Rodriguez, laissés à la maison du reste pour le voyage à Manchester.

Dans l’autre camp, Pep Guardiola va se trouver dos au mur, après avoir raté tous  ses challenges intra muros.

Mais bien des atouts confortent ses chances de passer l’écueil madrilène. En premier, l’avance du résultat technique et sur ce plan, l’on voit mal, très mal, City prendre le 0-2 fatal sans rendre le moindre coup, tant ses protégés ont craché le feu, en attaque, tout au long de la saison, ce alors que même une défaite à 0-1 la qualifierait également.

Autre facteur de taille, Kun Agüero pourrait reprendre, après sa blessure et apporter, grâce à son opportunisme et son flair du but, des réglages qui font quelque peu défaut à Jesus Gabriel.

Au delà encore, les ‘’Sky Blue’’ restent cette formidable machine à jouer le ballon et la possession de la balle, si chère à Pep, risque d’être décisive si Benzema et autre Vinicius et autre Rodry se trouvent privés de ballon.

La seule appréhension pour les Anglais pourrait venir de ‘’l’égarement’’ de Guardiola dans ses choix technico tactiques, par moments.

De ce point de vue, si Sterling, De Bruyne , David Silva, voire Agüero partent pour être intouchables ce vendredi, le cas de l’international algérien, Ryad Mahrez reste en suspens.

Magistral à l’aller au Berbabeu, l’attaquent des verts a ostensiblement baissé de rythme sur les derniers matchs de son équipe en Premier League. De ces détails  que pardonne rarement le coach catalan.

Pour la même soirée, la Juventus ne peut s’empêcher de trembler à la venue de l’Olympique de Lyon et sa précieuse avance de 1-0, à l’aller.

Vista de Cristiano Ronaldo et expérience de la Vielle Dame mises à part, la Juve a, en effet, toutes les raisons d’avoir des frissons. Terminant son championnat sur les genoux et raflant le ‘’scudetto’’ in extremis, la formation turinoise est restée, depuis, sur une image négative.

Pour renverser la vapeur, faut-il que CR7 retrouve subitement la plénitude de ses moyens et Dybala, revenant de blessure, aussi.

Côté lyonnais, l’équipe de Rudi Garcia, au top physiquement, à laissé entrevoir de belles choses récemment, en finale de la Coupe de France, perdue face à l’ogre parisien mais les camarades d’Aouar semblent toujours pécher par le dernier geste et la juste finition.  Garcia saura-t-il apporte les correctifs nécessaires ?

Samedi, c’est un menu biscornu qui sera proposé. Et pour cause.

Si à Munich, le Bayern, qui vient de rafler le titre de champion d’Allemagne, aura pour mission de terminer le boulot, commencé à Chelsea qu’il a étrillé (0-3), Barça- Naples s’annonce des plus indécis. En cause, une situation qui frise presque la déchéance sportive de l’école du Tiki- taka.

Embourbé dans des querelles intestines, décimé par les blessures de certains de ses cadres, éclaboussé par des coulisses sulfureuses de son vestiaire, le tout sur fond de grogne inédite de son ‘’Messie- Messi, le Barça aura touché le fond cette saison.

Ne lui reste que cette Ligue des champions, pout tenter de sauver les meubles.

Accrochés à Naples à l’aller (1-1) les Blaugrana partent certes avec les faveurs des pronostics au stade du Camp Nou. Mais pas dans l’absolu, l’équipe de Gennarro Gattuso présentant comme moindre qualité, la grinta insufflée par son coach. A côté de l’immense talent des Mertens, Insigne et autre Lozano ; des pourfendeurs de défense par excellence.

 A noter que l’international algérien, Faouzi Ghoulam, n’ a pas été retenu pour cette partie décisive

 

 

 

 

 

Voir toutes les actualités