Transformation du phosphate : les saoudiens promettent 15 milliards de dollars d’investissements

Transformation du phosphate : les saoudiens promettent 15 milliards de dollars d’investissements
Par Amel Benabi | 16 Février 2017 | 12:32

Le royaume d’Arabie saoudite semble revenir à de meilleurs sentiments s’agissant de l’investissement en Algérie. La réunion d’affaires entre opérateurs algériens et saoudiens qui s'est tenue hier mercredi à l‘hôtel Sheraton, a été couronnée par la signature de quatre accords inédits et qui se chiffrent en milliards de dollars. Et c'est aujourd'hui, que s'est ouverte à Alger, la 12e session de la commission mixte algéro-saoudienne.

En effet, la société nationale de pétrochimie Asmidal, a signé aujourd’hui un mirobolant contrat de partenariat industriel avec son homologue saoudien le groupe «Radioul».

Les saoudiens ont mis pas moins de 15 milliards de dollars d’investissements dans des projets de transformation du phosphate. Ce rendez-vous d’affaires a permis aux opérateurs d’Arabie saoudite et d’Algérie de signer huit mémorandums d’entente et 16 accords de partenariats dont la création des sociétés à capitaux mixtes.

C’est incontestablement un bond qualitatif en termes de volume d’engagement financier des opérateurs saoudiens en Algérie. Il faut souligner que le niveau des échanges commerciaux entre les deux pays ne dépasse pas les 780 millions dollars annuels.

Et au moment où les investisseurs étrangers hésitent à injecter leurs capitaux dans des projets en Algérie, malgré les grandes facilitations offertes, les hommes d’affaires saoudiens semblent vouloir rattraper le temps perdu.

Le ministre saoudien du Commerce, Madjid Ben Abdallah Al Qasabi, a ainsi affirmé mardi que le climat des affaires en Algérie était «favorable aux investissements», appelant les hommes d'affaires de son pays à saisir les opportunités offertes de partenariats avec leurs homologues algériens notamment dans les secteurs stratégiques.

Ryad retrouve Alger

«Plusieurs opportunités s'offrent à la coopération bilatérale, nous avons perçu un nouveau modèle et un climat d'affaires encourageant que nous allons exploiter au profit de notre partenariat», a soutenu le responsable saoudien à son arrivée à l'aéroport international Houari Boumediene.

M. Qasabi, dont la visite à Alger s'inscrit dans le cadre de la tenue de la réunion de la commission mixte, a été reçu par le ministre de l'Industrie et des Mines, Abdeslam Bouchouareb.

Le responsable saoudien a indiqué que plusieurs secteurs économiques intéressaient les opérateurs des deux pays. Il a cité les industries pétrochimiques, l'agriculture, les industries pharmaceutiques, le transport maritime et le tourisme.

M. Al Qasabi a exprimé le vœu que des projets communs seraient retenus dans le cadre des entretiens autour de ces domaines.

Quatre accords de partenariat entre des entreprises privées des deux pays, dans les domaines de la médecine, du tourisme et de l'exportation ont été adoptés mardi par le Conseil des affaires.

De fait, le réchauffement des relations diplomatiques entre Alger et Ryad a sans doute été pour quelque chose dans ce retour en grâce de l’Algérie aux yeux des Saoudiens. L’Algérie est redevenue l’escale privilégiée des dignitaires saoudiens qui viennent prendre conseil auprès du président Bouteflika, notamment au suet de l’Iran et du conflit en Syrie.

Peut être que Ryad a enfin compris que les postions diplomatiques de l’Algérie ne viennent pas d’ailleurs mais dictées par son souci de régler les questions par la voie politique.


 

Voir toutes les actualités