Selon son PDG, la Sonatrach est une entreprise bureaucratique!

 Selon son PDG, la Sonatrach est une entreprise bureaucratique!
Par Amel Benabi | 10 Octobre 2017 | 19:08

Le président directeur général de Sonatrach  a tenu aujourd’hui un discours incroyablement décapant sur la manière dont le géant national des hydrocarbures  est géré jusque là.  «Beaucoup  de choses ne sont pas normales.  A titre d’exemple le premier jour où j’ai été installé, j’ai eu la surprise de trouver sur le bureau du PDG précédent donc mon bureau, des dizaines de parapheurs. Donc je me suis dit est-ce cela le métier de PDG de Sonatrach ? »  s’interroge, Abdelmoumène Ould Kaddour devant des journalistes ébahis lors de sa conférence de presse.

Et ce n’est pas fini, le patron du premier groupe d’Afrique, affirme que ce mastodonte est géré de «manière bureaucratique». «Çà démontre quoi ? Çà démontre que Sonatrach était et est toujours une entreprise purement bureaucratique et administrative et non pas économique».

Les mots sont très durs et c’est sans doute la première fois qu’on ’entend un responsable de Sonatrach tenir un tel langage de vérité quitte à choquer l’opinion. Il va donc falloir opérer une révolution dans le mangement de cette grosse boite. Abdelmoumène Ould Kaddour a tout de même évoqué des circonstances atténuantes à cette léthargie, en pointant le contexte des années 2010-2011 et les scandales en série qui avait gravement impacté l’image de marque de la compagnie mais aussi traumatisé ses dirigeants au point de ne pouvoir prendre des décisions.

Des cadres traumatisés

«C’est une Enterprise qui est passée par des étapes difficiles notamment depuis les années 2010 avec tous les scandales qui a eus. Les gens étaient traumatisés. Les dirigeants ne fonctionnaient plus ne prenaient plus de décisions. Donc ce qui était économique est devenu administratif. Pour prendre une décision il fallait attendre beaucoup de temps.  Or quand il faut prendre une décision à un moment donné il faut la prendre, on ne peut se permettre d’attendre», explique le PDG. Au-delà de ce constat amer, Ould Kaddour a laissé entendre que le groupe va probablement se recentrer sur l’activité gazière  du fait qu’il ne pourra pas utiliser son outil de production.

Dans le même ordre d’idées, et dans l’optique de revoir la gouvernance de Sonatrach, un appel d’offre aux sociétés de Consulting internationales pour l’aider à réformer sa gestion financière, a été lancé selon le site Africa Intelligence.

Quatre grosses boîtes seraient en lice pour décrocher ce contrat de plusieurs millions de dollars. Il s’agit, entre autres, de l’Américain BCG (Boston Consulting Group), un cabinet international de conseil en stratégie, présent de 46 pays. Deloitte, le plus important cabinet d’audit et de conseil au monde et dont la création remonte à 1845 à Londres, a également l’intention de remporter ce contrat. Outre Deloitte et BCG, le réseau d’entreprises spécialisées dans des missions d’audit, d’expertise comptable et conseil, PwC (PricewaterhouseCoopers) et EYE figurent parmi les cabinets intéressés.

Voir toutes les actualités