Said Sadi plaide en faveur de la structuration et de l’organisation du Hirak

Said Sadi plaide en faveur de la structuration et de l’organisation du Hirak
Par Hakim Megati | 25 Juin 2020 | 13:54

L’ancien leader du RCD, Said Sadi, vient de déchirer le silence ambiant en osant une plaidoirie en faveur de «l’organisation» et l’«adaptation» des méthodes de lutte face à la volonté de replonger le pays dans la «congélation politique».

Dans un message posté aujourd’hui jeudi sur sa page Facebook au titre suggestif «urgence et cohérence»,  Said Sadi ne s’encombre pas de formules pour proposer que le mouvement populaire se donne d’autres moyens de lutte plus efficaces pour «transformer le rejet en projet». 

«C’est au moment où les citoyens les plus avisés s’interrogent légitimement sur la suite à donner au mouvement du 22 février que le pire arrive. Tous les signaux convergent : l’arbitraire est une stratégie assumée et la fermeture politique s’affiche comme un objectif ouvertement revendiqué par le pouvoir. Cette démarche est malheureusement une impasse pour la nation», estime l’ex patron du RCD.

Pour lui, les arrestations opérées «pour des motifs dignes des régimes de la guerre froide, la justice aliénée, l’entrave faite à l’activité politique y compris dans l’enceinte des locaux des partis, la mise au pas de la presse…ne laissent pas de place au doute».

S’il admet qu’il ne faut jamais s’arrêter de dénoncer l’injustice à travers les marches, Sadi pense pourtant que cela n’est pas suffisant et qu’il faille désormais que le Hirak se donne un cap des moyens,  et des hommes pour le porter.

«Les reprises des manifestations, quand elles seront possibles, vont-elles rester ce qu’elles étaient : des démonstrations hebdomadaires où les foules généreuses affrontaient les abus des services de sécurité  avant de rentrer chez elles désabusées, faute d’avoir été orientées vers des solutions qui transforment leur rejet en projet ? s’interroge Said Sadi.

Et de répondre : «Diabolisée pour des raisons d’ambitions mal maitrisées ou esquivée du fait de l’incompréhension des enjeux, la question de l’organisation et de l’adaptation des méthodes de luttes demandée par la rue nous tombe maintenant dessus avec plus d’acuité. Nous sommes mis en demeure de la trancher dans l’urgence». .

Sadi n’est pourtant pas sûr que les «élites vont enfin se hisser à la hauteur des attentes populaires et des exigences dictées par des circonstances historiques exceptionnelles ? »

Lui  est convaincu qu’il est plus que jamais temps de rompre avec les hésitations et les luttes d’ego au risque de faire foirer le mouvement. «Trop de temps a été perdu, trop de manœuvres ont prévalu dans un moment de notre existence collective qui appelait humilité et dévouement. Nul ne gagnera à cet aveuglement», rappelle t-il.

Said Sadi en veut pour preuve que les révolutions qui ont abouti sous d’autres cieux, «ont été portées par une détermination adossée à une bonne analyse de l’état des lieux et guidées par une lisibilité cohérente des perspectives».

Et quitte à froisser certains irréductibles du Hirak réfractaires à toute structuration, l’ex chef du RCD, assène que «le changement radical ne peut s’accommoder du refus de l’adaptation des moyens de lutte et du rejet d’une organisation horizontale transparente».

Voir toutes les actualités