Sahara occidental : Alger rejette les "interprétations" marocaines

Sahara occidental : Alger rejette les "interprétations" marocaines
Par Lila Ghali | 27 Avril 2013 | 20:03

C’est connu le makhzen est champion dans la manipulation surtout quand il s’agit de l’Algérie. Mais il vient de dépasser les bornes en se permettant même de récrire à sa convenance le texte de la résolution onusienne sur le Sahara occidental.

La déclaration de Abdelhak Lamrini, porte parole du cabinet de Mohamed VI, est en effet un morceau d’anthologie de contre vérité et d’interprétations très makhzenienne de la résolution pourtant très claire.

Ce serviteur du roi a ainsi maladroitement interpellé l’Algérie de jouer un "rôle positif" dans le conflit sahraoui qui est décrit comme "régional".

Ces imputations et interprétations n’ont pas manqué de faire réagir les hauts responsables algériens qui ont répondu du tac au tac et déconstruit les appréciations «fallacieuses» du secrétaire du roi.

Notre source n’a pas hésité à mettre le Palais Royal face à ses "mensonges"et ses "confusions".

"Cette déclaration évoque fallacieusement un différend régional alors que les deux parties en conflit sont clairement déterminées dans toutes les résolutions du Conseil de Sécurité et de l’Assemblée générale : à savoir le royaume du Maroc et le Front Polisario, en tant que seul représentant légitime du peuple sahraoui", souligne un haut responsable. Il en veut pour preuve " qu’à aucun moment la résolution de l’ONU n’a fait référence à une autre partie".

Et d’ajouter que "l’interpellation de l’Algérie est totalement arbitraire et injustifiée: elle se fonde sur une lecture volontairement biaisée et tendancieuse. Le nom de l’Algérie n’est évoqué nulle part dans la résolution car il revient, à titre principal, aux parties en conflit et non pas aux pays voisins, à s’impliquer plus résolument pour mettre fin à l’impasse actuelle".

La résolution réécrite à la sauce marocaine

Notre source estime également que "ces tentatives d’impliquer l’Algérie à travers une telle lecture, dont le caractère erroné et unilatéral n’échappe à personne, resteront, comme par le passé, vaines et sans lendemain"

Sur un autre registre, le haut responsable regrette que le Palais royal mette en avant la prétendue «prééminence» de l’initiative sur l’autonomie comme base de travail du Conseil de sécurité." En vérité, le conseil de sécurité met, systématiquement et dans toutes ses résolutions, sur le même pied d’égalité la proposition marocaine et celle présentée par le Front Polisario au Secrétaire Général de l’ONU, le 10 avril 2007 », précise-t-il.

 Contre vérités

Aussi, s’agissant de la déclaration du porte parole du Mohamed VI selon laquelle la résolution de l’ONU ne met pas en demeure le Maroc sur le respect des droits de l’homme dans les territoire occupés, le responsable algérien remet les mots sur les maux : Le Conseil de sécurité, dit-il, «souligne l’impérieuse nécessité d'améliorer la situation des droits de l'Homme dans les territoires occupés ». Et de rappeler que la résolution onusienne engage les deux parties à «collaborer avec la communauté internationale pour mettre au point et appliquer des mesures indépendantes et crédibles qui garantissent le plein respect des droits de l’homme en gardant à l’esprit leurs obligations découlant du droit international».

Enfin, le responsable algérien tient à rejeter «tout amalgame factice et tout lien artificiel établi entre la question du Sahara occidental, qui est et demeure une question de décolonisation reconnue et enregistrée en tant que telle par l’ONU, et le contexte sécuritaire régional ou la coopération sous régionale au niveau du Maghreb qui ne peuvent pas servir de prétextes à un déni de justice».

Voilà qui est clair en attendant une prochaine attaque marocaine, et une autre réaction algérienne…

Mots-clés :
Catégories : Actualité A la une

Voir toutes les actualités