Reprise du procès d’Ali Haddad : Ouyahia et Sellal rejettent les accusations de corruption

 Reprise du procès d’Ali Haddad : Ouyahia et Sellal rejettent les accusations de corruption
Par Nabil Semyane | 23 Juin 2020 | 13:22

Le procès du tycoon Ali Haddad a repris son cours mardi, après son interruption dimanche, suite au décès de Layfa Ouyahia, frère et avocat de l’ex-premier ministre Ahmed Ouyahia, présent d’ailleurs au tribunal, la demande de ses avocats de renvoyer l’audience, en raison de sa situation particulière, étant rejetée par le juge.

Pour rappel, en sa qualité de principal accusé, Ali Haddad est poursuivi pour corruption dans le cadre des contrats qu’il avait pu obtenir dans les secteurs des travaux publics, l’hydraulique, l’agriculture et le financement de la campagne présidentielle de Bouteflika.  

Ahmed Ouyahia, Abdelmalek Sellal, en tant qu’ex-premiers ministres, les ministres Amara Benyounés, Amar Ghoul, Youcef Yousi, Boudjema Talai, Amar Ghoul et plusieurs walis, dont certains placés sous contrôle judiciaire, sont présents sur le banc des accusés.

Ahmed Ouyahia, qui  n’a pas pu bénéficier du renvoi de l’audience, malgré sa situation particulière, a tenté de dégager sa responsabilité, en expliquant que, s’agissant des contrats de gré à gré pour les deux projets infrastructurels de l’autoroute Es/Ouest et du port de Djen Djen, « c’est le président Bouteflika, seul, qui avait pris la décision ».

« Le président m’a chargé de l’exécution rapide des projets et mettre en conformité par la suite la situation sur le plan réglementaire », fait-il remarquer en expliquant que « le code des investissements a été amendé pas moins de quatre fois sur ordonnance présidentielle ».

Au sujet de métro d’Alger, Ahmed Ouyahia  est resté sur la même ligne de défense en faisant savoir à l’audience que la décision était prise en Conseil des ministres et que son rôle  en l’occurrence était de faire exécuter le projet.

Refusant l’accusation de « dilapidation de deniers publics », l’ex Premier ministre a cherché à convaincre, au contraire,  que son souci était justement « de protéger les finances du pays, en faisant des économies sur plusieurs projets, puis de rejeter par ailleurs, l’accusation selon laquelle ses enfants et sa femme auraient trempé dans les affaires.

Pour sa part, Abdelmalek Sellal a fait savoir que « le chef du Gouvernement n’a pas vocation à octroyer les contrats », rappelant tout de même que sous ses différents mandats pas moins de 2.000 projets ont été  réalisés.

Sellal se lave les mains des accusations de corruption en faisant savoir que « Pendant la maladie du président, j’étais chargé de gérer politiquement le pays, jusqu à mon départ, les projets n’étaient pas de mes compétences, je ne pouvais pas m’occuper de leur suivi ».

« Je n’ai jamais pensé qu’après 45 ans au service de l’Etat  algérien, en accédant étape par étape aux différents niveaux de responsabilité, j’ai même échappé au terrorisme, que je me retrouverai un jour poursuivi pour corruption, je demande à être innocenté », conclut-il en quête de l'empathie du juge.

Voir toutes les actualités