Omar Ghrib éjecté du MC Alger : les raisons d’un limogeage

Omar Ghrib éjecté du MC Alger : les raisons d’un limogeage
Par Nourredine B | 15 Juillet 2017 | 13:31

A force de tirer le diable par la queue, finit-on forcément par être damné. Omar Ghrib, le fantasque directeur général du MC Alger a dû le vérifier à ses dépens, puisque avant-hier jeudi, il lui a été notifié sa fin de fonction à la tête du club.

Rappelons que dans un premier temps, la direction de la Sonatrach, qui parraine le Doyen, avait avancé la thèse, ébruitée déjà par Ghrib, d’une demande de congé formulée par l’intéressé lui-même, en raison d’une fatigue due à une saison harassante.

Mais les observateurs restaient sceptiques au regard d’un timing inapproprié dans les sens où le club amorçait les préparatifs importants de la nouvelle saison au niveau des mouvements de joueurs.

A vrai dire, Omar Ghrib s’est tiré une balle dans le pied avec un échec cuisant en échouant très loin des objectifs fixés en début de saison.

De fait, fort d’une équipe pimpante formée de grands noms et des plus gros salaires du championnat national, grâce à l’appui généreux de Sonatrach, Ghrib n’a eu de cesse d’abreuver l’opinion d’un objectif à trois étoiles : championnat, coupe et coupe de la CAF. Mais le rêve vendu, avec une inconsciente légèreté à des ‘’chnaoua’’ ultra chauvins de leur équipe, s’évapora au contact de la réalité du terrain.

A ce plan et sur bien d’autres, Ghrib a péché par une gestion qui frise le fiasco auquel il s’est heurté imparablement.

Squattant des chaines télé où il multiplia les commérages populistes, il avançait dans un terrain marécageux qui ne pouvait que desservir le club. Il atteignit le point de non-retour avec la grosse polémique qui avait gravité autour de la domiciliation du match des demi-finales de la coupe d’Algérie MCA -ESS, joué finalement suivant son désidérata, au stade trop exigu pour une telle affiche.

De surcroit, la rencontre disputée la veille de l’Aïd-el-fitr, supposait un dispositif de sécurité ultra renforcé et une grosse mobilisation des forces de sécurité. Cette mobilisation des hommes en bleu, que le responsable du Mouloudia avait imposée, ne trouvera pourtant pas grâce à ses yeux.

Sonné par une défaite ‘’en bonne et due forme’’, il écorchera en fin de partie l’institution policière, un comportement en usage chez cette lignée de chairmen qui justifient toujours l’échec par des raisons extra sportives. C’était le dérapage de trop pour un homme qui a eu déjà à en commettre.

Il serait utile de rappeler en effet qu’il avait provoqué un gros scandale en boycottant la cérémonie solennelle de remise des médailles, à l’issue de la finale de coupe d’Algérie 2013, perdue face à l’USMA (1-0).

Banni de toute activité en rapport avec le football, Ghrib a été gracié par l’AG de la FAF. Un fait du prince, par ‘’le prince’’ du moment, d’alors ! Ghrib est finalement revenu aux affaires avec les mêmes méthodes et les mêmes modes, prenant en otage le plus grand et le plus mythique club algérien.

Et forcément quand un charretier prend le volant d’une Ferrari, la casse est assurée !

Si la FAF qui l’a réhabilité est tenue au profil bas, que dire encore de Sonatrach, coupable de délit bis répétita !

Se rattrapant, la firme pétrolière à l’image écornée par une équipe confinée à une vision très réductrice, a finalement limogé le controversé coordinateur du football. Saura-t-elle déminer le terrain truffé par des tractations de coulisses impliquant même des joueurs emblématiques ‘’malaxés’’ par le responsable sortant ?

Au vu de la déroute, la semaine dernière, enregistrée face au CS Sfax (4-0), pour le compte de l’ultime journée de la Coupe de la CAF, le ton ne prête pas à l’optimisme. Le MCA, même s’il accède aux quarts de finale, reste encore très loin du dernier objectif assigné au club cette saison.

La totale dans l’échec ? On n’en est pas loin !

Voir toutes les actualités