Moad Bouchareb confirme la «priorité» de l’élection la présidentielle, et pointe ceux qui ne veulent pas reconnaître le "mérite de Bouteflika".

Moad Bouchareb confirme la «priorité» de l’élection la présidentielle, et pointe ceux qui ne veulent pas reconnaître le "mérite de Bouteflika".
Par Amel Benabi | 12 Janvier 2019 | 17:23

Le responsable de l’instance de coordination du parti FLN, Moad Bouchareb, a conforté aujourd’hui un peu plus l’hypothèse d’un cinquième mandat pour Abdelaziz Bouteflika.

A l’occasion d’une rencontre avec les nouveaux sénateurs élus de son parti, Moad Bouchareb n’a certes pas confirmé la candidature du président Bouteflika mais il l’a implicitement suggéré. «Il y a des parties qui refusent de reconnaitre tout ce qu’a apporté le président Bouteflika au pays», a-t-il en effet lancé, alors même que le sujet n’était pas au menu de sa rencontre.

Et d’ajouter un tantinet énigmatique : «beaucoup parlent et ne savent pas de quoi ils parlent ; leurs cœurs sont comme des pierres voire plus durs que les pierres», a-t-il affirmé en usant d’une formule contenue dans une sourate du saint Coran.  

Bien qu’il n’ait pas désigné expressément ses cibles, on peut allusivement penser qu’il parlait à la fois d’Abderrazak Makri et du général-major Ali Ghediri voire de tous ceux qui s’opposent au 5ème mandat.   

Moad Bouchareb qui a proclamé que «Le FLN est le protecteur du pays», a également déclaré que son parti se mettra au travers de la route de ceux «qui veulent la destruction de l’Algérie».

«Celui qui veut la démocratie nous allons l’accompagner et celui qui veut la destruction de l’Algérie il nous trouvera en face de lui», a –t-il encore asséné à la cantonade.

Le chef provisoire du parti FLN était un peu plus clair en revanche quand il a déclaré lors d’un point de presse tenu en marge de la rencontre que «L’élection présidentielle est notre priorité».

En clair, le scrutin se tiendra bel et bien au mois d’avril contrairement à ceux qui s’accrochent à la thèse du report. En revanche Moad Bouchareb ne dit pas si l’élection se fera avec le président Bouteflika ou un autre contrairement à Amar Ghoul par exemple qui est pratiquement lancé dans la campagne du 5ème mandat.  

Voir toutes les actualités