Louisa Hanoune : "Oui j’ai rencontré Saïd Bouteflika et le général Toufik"

 Louisa Hanoune : "Oui j’ai rencontré Saïd Bouteflika et le général Toufik"
Par Hakim Megatli | 16 Mai 2019 | 15:04

La secrétaire générale du Parti des Travailleurs, Louisa Hanoune, incarcérée à la prison civile de Blida depuis le 09 mai, a reconnu via l’un de ses avocats, Rachid Khane, qu’elle avait effectivement rencontré Saïd Bouteflika et le général Toufik, dans ce qu’il convient d’appeler la rencontre du 27 mars, une semaine avant la démission de l’ex Président Bouteflika.     

« Cette rencontre, qui a eu lieu à la résidence officielle «Dar El Afia » à Alger, a duré une heure seulement », a écrit ce jeudi Me Khane sur sa page Facebook.

Et d’ajouter : « La rencontre avait pour objectif de donner son avis sur la situation politique, et elle pensait (Louisa Hanoune ndlr) que cette rencontre était officielle avec l’accord de la présidence de la République. Sinon, comment expliquer qu’en l’espace d’une heure, elle aurait pu commettre tous ces actes qui représentent des accusations graves passibles de la peine de mort », écrit plus loin l’avocat du PT.

Loin de regretter sa participation à cette fameuse réunion, Louisa Hanoune, pense au contraire qu’elle accompli «son devoir» en tant que «cheffe d’un parti agréé et en tant que députée» et Constitution lui donne le droit de représenter le peuple devant les instances officielles ».

« Ma responsabilité dans les circonstances actuelles est de trouver une sortie de crise et je ne peux pas imaginer qu’une action purement politique puisse être criminalisée et je n’imaginais pas qu’en 2019, un responsable politique soit humilié à cause d’une initiative politique » , a dit Louisa Hanoune par la voix de son avocat qui rappelle que sa cliente avait rencontré Gaid Salah en 2014.

Se faisant, Louisa Hanoune estime qu’elle est une « prisonnière politique», du fait  qu’elle n’a  fait que remplir sa «fonction politique».

«Le seul péché que j’ai commis est d’avoir rempli mes hautes fonctions politiques», affirme encore Louisa Hanoune, sous la plume de son avocat.

Voir toutes les actualités