Libye : soutien clair de l'UE à l'approche de l'Algérie

Libye : soutien clair de l'UE à l'approche de l'Algérie
Par Abbès Zineb | 16 Février 2017 | 12:31

Au moment où l’Algérie continue de déployer de gros efforts en vue de rapprocher les différents protagonistes dans la crise libyenne, avec comme soubassement le principe essentiel d’un dialogue inclusif devant mener vers une réconciliation nationale, son approche vient de nouveau d’être confortée par l’Union Européenne.

De fait et au sortir d’une entrevue, hier à Bruxelles, entre Federica Mogherini, chef de la diplomatie de l’UE et son homologue algérien, Ramtane Lamamra, ce dernier a marqué, dans une déclaration faite à l’Aps, sa satisfaction de ce que l’Union, par la voie de sa haute représentante «a affirmé clairement qu'elle est, ainsi que l'UE avec l'approche de l'Algérie et le rôle distingué des pays voisins pour le règlement de la crise en Libye » a-t-il souligné.

Dans ce contexte, Ramtane Lamamra estime que cette position de l’UE « encourage encore plus l'action diplomatique de l'Algérie en faveur du règlement de la crise libyenne à déployer plus d'efforts pour amener les protagonistes libyens à travailler ensemble, avec un rythme plus soutenu, afin de parvenir à un accord et une solution libyenne que la communauté internationale pourra soutenir.»

Sur un autre plan, et s’agissant des élections législatives du 4 mai 2017, Lamamra a noté la réponse positive faisant suite à son invitation à l’UE pour le suivi de l’opération électorale, via une mission d’observation.

Concernant, enfin, le Conseil d'association Algérie-UE, le chef de la diplomatie algérienne avait auparavant, affranchi de la date de sa prochaine réunion, en indiquant qu'elle se tiendra le 13 mars prochain, à Bruxelles.

Selon le MAE,  "un certain nombre d'accords seront signés" à l'occasion de ce Conseil dont le document portant les priorités du partenariat stratégique entre l'Algérie et l'UE, finalisé lors de la réunion tenue en décembre à Alger, au niveau des experts.

Un document, faut-il souligner, dont les grands axes portent sur divers aspects allant de la bonne gouvernance, la démocratie, l'Etat de droit à la mobilité et la circulation des personnes en passant par la coopération dans le domaine sécuritaire et énergétique, a été adopté mercredi par le collège des Commissaires européens.


Voir toutes les actualités

Commentaires