Les prévisions pessimistes de la Banque mondiale pour les pays de la région MENA

Les prévisions pessimistes de la Banque mondiale pour les pays de la région MENA
Par Agence | 11 Janvier 2017 | 15:04

Le rapport semestriel de la Banque mondiale (BM) sur les perspectives économiques dans le monde évoque de possibles convulsions sociales dans la région MENA à cause des politiques austéritaires que les gouvernements sont contraints de conduire, en raison de la crise.

"Dans toute la région Mena, les profondes réformes à l’horizon pourraient déclencher le mécontentement parmi les populations qui dépendent du soutien du gouvernement pour certains produits et services", relève la BM dans son rapport. Et de présager que ces réformes pourraient avoir "de possibles retombées négatives sur la confiance, l’investissement étranger et la croissance" C’est pourquoi l’instance de Bretton Wood préconise une application soft et progressives des réformes.

Concernant l’Algérie , la BM a revu  à la hausse les prévisions de croissance  pour 2015 et 2016, mais en prévoyant un ralentissement de la progression du PIB pour l’année en cours, en raison de la baisse des prix du pétrole. La BM a relevé d'un point le taux de croissance de l’économie algérienne en 2015 à 3,9% contre 2,9% projeté en juin 2016.

Pour la BM, l’Algérie a su gérer  son économie en 2016, en maintenant une croissance soutenue malgré la réduction ses recettes à l’exportation.

Selon les pronostics ajustés de la BM, la croissance du PIB de l’Algérie devrait s’établir à 3,6% en 2016 contre 3,4% prévu en juin dernier, soit 0,2 point de plus, une progression qui reste soutenue grâce à l’entrée en production de plusieurs projets gaziers et la solidité de l’activité hors hydrocarbures.

Néanmoins, l’institution de Bretton Woods table sur un ralentissement de la croissance de l’économie algérienne à court terme, à l’instar de celles des pays exportateurs de pétrole de la région (Mena). La croissance du Pib devrait s’afficher en baisse à 2,9% en 2017, à 2,6% en 2018 et à 2,8% en 2019, selon les mêmes projections.

L’institution de Bretton Woods attribue ce ralentissement à "la réduction des dépenses dans les travaux publics et au report de la mise en œuvre de la réforme fiscale et des subventions",  malgré "les pressions budgétaires aigues."

Le constat de la BM sur la région Mena a appuyé la position de l’Algérie qui a maintenu sa politique sociale malgré la baisse des cours de brut qui a largement pesé sur les recettes de l’Etat.

 

Voir toutes les actualités