« Algérie : les nouvelles dynamiques entrepreneuriales » : Ali Haddad met en exergue les atouts de l’Algérie

« Algérie : les nouvelles dynamiques entrepreneuriales » : Ali Haddad met en exergue les atouts de l’Algérie
Par Nabil Semyane | 13 Septembre 2018 | 14:34

Ali Haddad , patron du FCE, a mis jeudi en exergue, à Paris, les atouts de l’Algérie, lors de son intervention devant les participants à  la conférence débat ayant pour thème « Algérie : les nouvelles dynamiques entrepreneuriales »  

Le débat porte sur « les nouvelles dynamiques entrepreneuriales » tombe à pic selon le patron du FCE, vu que « l’Algérie vit actuellement un moment déterminant : une mutation de son modèle économique a été engagée par les plus hautes autorités du pays, sous la conduite de Son Excellence Monsieur le Président de la République Abdelaziz Bouteflika »

Expliquant que l’Algérie ne part pas de rien dans cette entreprise de mutation de son économie et son passage vers les ré »formes de deuxième génération, le patron de l’ETRHB, slouigne à ce propos que« L’entreprise privée est devenue un véritable moteur de création de richesse et d’emplois. Sur les 11 millions de personnes en activité en Algérie, 7 millions, c’est-à-dire plus de 63%, sont employées par les entreprises privées. Le secteur public, administration et entreprises, emploie 4 millions de personnes »

Et de noter par ailleurs que le pays est l'un des rares du continent « à disposer de plusieurs milliers de kilomètres de fibre optique. La route Transsaharienne, longue de 2000 km, qui relie Alger à Tamanrasset sera totalement équipée en fibre optique »

Ali Haddad et c’est un peu curieux de sa part, est revenu sur la dernière mission de la Banque Mondiale en Algérie conduite par son vice –président chargé de la région Mena, alors que le ministère des Finances, n’a pas été particulièrement disert sur le sujet.

« Les échanges ont porté sur la Vision 2035 de la Banque mondiale pour la région et sur les principales opportunités qu’offre l’Algérie. A l’issu de ces rencontres, l’institution a salué les réformes et la direction prises par l’Algérie.  », Affirme le patron des patron Algériens.

Puis de révéler que ce rapport met en évidence trois piliers, sur lesquels l’Algérie mise depuis plusieurs années déjà, à savoir   la jeunesse qui « représente un enjeu majeur, puisque d’après la Banque Mondiale, 300 millions d’emplois devront être créés d’ici 2050 dans la région »

Le second défi majeur ajoute Ali Haddad  « est celui de la digitalisation de l’économie, qui ne doit pas seulement s’appuyer sur la simple acquisition ou l’adaptation de solutions déjà existantes, mais le développement d’innovations permettant de replacer l’Algérie au centre des évolutions mondiales dans le domaine »

Enfin, troisième défi , celui de  «  la mue des économies de la région va s’appuyer sur le secteur privé, les Etats ne disposant plus des ressources n C’est cette dynamique d’émergence de l’entreprise conjuguée aux évolutions profondes que sont également en train de connaitre nos grandes sociétés publiques, à l’image de Sonatrach ou Sonelgaz, qui va façonner l’Algérie de demain, l’Algérie de l’après-pétrole.

Le patron du FCE s’attarde également sur le partenariat Algero-français pour souligner que « Les opportunités ne manquent pas pour les entreprises françaises et algériennes dans le cadre de partenariats de coproduction et de écholocalisation »

 

Cependant dit-il , se faisant pour le coup, l’écho des critiques qu’on entend habituellement sur les investisseurs français«  la coopération entre nos entreprises doit transcender l’aspect commercial et favoriser l’investissement productif, le transfert de technologie et de savoir-faire et la réalisation de pôles de compétitivité et de centres d’excellence » 

Voir toutes les actualités