Impasse politique : Que dira demain Gaid Salah à Ouargla ?

Impasse politique : Que dira demain Gaid Salah  à Ouargla ?
Par Hakim Megatli | 15 Avril 2019 | 14:04

Fortement attendue, l’intervention du chef d’état-major de l’armée, Ahmed Gaid Salah est prévue demain mardi à partir Ouargla, où il effectue dès aujourd’hui une visite de quatre jours à la 4e région militaire, apprends Algerie1 de source proches du MDN.

Notre source qui dit ne pas connaitre exactement la teneur de son discours, s’attend cependant à ce que le patron de l’armée décline une «nouvelle feuille de route politique» à la lumière des derniers développements que connait l’Algérie.

Autrement dit, Gaid Salah pourrait décréter l’annulation pure et simple de l’élection présidentielle prévue pour le 4 juillet par le chef de l’Etat par intérim Abdelkader Bensalah en s’appuyant sur l’article 102 de la Constitution.

Une hypothèse qui parait plausible en ce sens que le peuple algérien a majoritairement «voté» vendredi dernier contre cette «solution» estimant qu’elle ne répond à ses exigences et qu’elle ne garantit pas une réelle transition démocratique.

Aussi, la décision des magistrats de ne pas superviser ce scrutin controversé et celle de nombreux présidents d’APC de ne pas assurer les opérations au niveau local, met les nouvelles autorités dans une impasse politique et organisationnelle.

Il va sans dire que la rue ne décolère pas avec des étudiants qui se sont déclarés en grève à durée indéterminée et des ministres interdits de sorties publique dans les différentes wilayas.

Du coup, le commandement de l’armée devrait prendre acte de l’impossibilité d’organiser l’élection présidentielle dans de telles conditions.

Forcément, le chef de l’armée ne devrait pas prendre le risque de maintenir un agenda politique rejetée par le peuple.

Faut-il rappeler que Gaid Salah s’était engagé depuis Ouargla précisément de faire appliquer l’article 102 mais surtout les articles 7 et 8 de la Constitution qui rendent la souveraineté au peuple.

L’hypothèse optimiste est donc que le chef d’état-major annonce demain l’activation de ces articles qui vont ouvrir la voie à une solution politique qui ne sort pas de la Constitution comme le réclame le peuple et la classe politique.

Voir toutes les actualités