Grève des magistrats : Yessad Mabrouk revient sur les dessous qui ont conduit à l’accord avec le ministre de la Justice

 Grève des magistrats : Yessad Mabrouk revient sur les dessous qui  ont conduit à l’accord avec le ministre de la Justice
Par Abbès Zineb | 09 Novembre 2019 | 11:02

Mabrouk Yessad , président du syndicat des magistrats, est revenu vendredi sur les circonstances qui ont abouti, in fine, à l’accord avec le ministre de la Justice, expliquant au passage « n’avoir jamais subi de pression, ni fait l’objet de quelque chantage de quelque partie que ce soit ».

S’exprimant sur sa page Facebook, il indique qu’ « il n’était pas possible d’avoir un seuil plus haut de résultats, au regard des circonstances et du climat général  qui ont entouré la grève, notamment certaines mentalités et les manœuvres du pouvoir exécutif et de ses bras ».

A en croire Mabrouk Yessad, l’accord avec le ministre de la Justice est l’aboutissement de plusieurs rencontres qu’i la eues lui-même avec « des hautes responsables sécuritaires, les présidents de ‘APN , du Conseil de la Nation,  du Conseil national des droits de l’Homme et certains ministres ».

« J’ai transmis à tout le monde et en toute fidélité les revendications des magistrats, comme elles ont été exprimées lors de nos différents rassemblements syndicaux et nos différentes  correspondances, précise le président du syndicat, ajoutant que certains ont agrée d’autres ont exprimé des regrets »

Pour Yessad, le plus important c’est l’accord qui a abouti en quelque  sorte à  la remise en cause du mouvement décidé par le ministres, dés lors que les victimes de ce changements ont la possibilité de voir leur situation changer , à la condition qu’elles justifie par des arguments objectifs les motifs de leurs recours ».

Pour rappel, la grève des magistrats, une première en Algérie, a été suspendue mardi , après dix jours d’arrêts de travail, marqué par un bras de fer entre le SNM et  le ministre de la Justice Belkacem Zeghmati qui ne voulait absolument pas faire marche arrière par rapport au mouvement des magistrats touchant pas moins de 3.000 personnes ».

Voir toutes les actualités