Finale de la C3, ce soir a 19h 45 à Lyon : OM- ATLETI , ou quand Marseille se fait incandescence

Finale de la C3, ce soir a 19h 45 à Lyon : OM- ATLETI , ou quand Marseille se fait incandescence
Par Nourredine B | 16 Mai 2018 | 15:26


 Vingt cinq ans après le triomphe de l’O Marseille en coupe des clubs champions d’Europe,  la Cité phocéenne renoue avec les grands rendez- vous footballistiques du continent.

En 1993, la dream team olympique où trônaient, impériaux,  les Barthez, Abedi Pelé, Deschamps et autres Völler et Desailly  et sous la conduite de Raymond Goethals terrassait l’ogre Rossoneri du Milan AC, drivé par Fabio Capello.

C’est le roc défensif Basil Boli qui exécuta les Van Basten à la 43’. L’OM et  son impétueux président de l’époque, Bernard Tapie entraient dans la légende.

Ceci pour l’histoire.

L’actualité, aujourd’hui, convie  les Ciel et blanc à la réécrire en Europa League ce soir, à 19h 45  au stade Groupama de Lyon. Une domiciliation qui constitue le plus grand atout  face à un épouvantail avéré ayant pour nom Atletico Madrid, troisième gros bras du championnat le plus probant du monde, la Liga espagnole et vainqueur de l’épreuve en 2014.

Des Colchoneros  toujours redoutables sous la férule d’un maitre matelassier en la personne d’un Simeone qui a insufflé une âme de samouraï à une équipe  où le talent, ce qui e gâte rien,  fait florès.

De fait, Les Griezmann, Costa, Saul, Gabi, Koké et Oblak peuvent donner les jetons, sur rectangle vert, aux plus grands. Et seulement si l’on y rajoutait l’épaisseur d’une grande somme d’expérience.

Est-ce à dire que c’est joué d’avance ? Loin s’en faut, tant le football  garde toujours  cette agréable sensation d’indécision, qui fait tout son charme , notamment dans une finale de coupe «qui se gagne , plus qu’elle ne se joue».

C’est  ce niveau que va émerger le rôle de ce néo magicien qui préside aux destinées de l’OM, Rudi Garcia.

Le coach Phocéen a en effet déjà métamorphosé l’équipe de la Cannebière, après un début que d’aucuns  donnaient pour apocalyptique.

Des mêmes joueurs amorphes à la levée de la L1, Garcia a su faire transcender les Thauvin, Payet, Germain, voire le décrié Mitroglou pour finalement  placer son équipe parmi les cadors de France et, cerise sur le gâteau, une place de finaliste en cette Europa League.

Une occasion de tutoyer de nouveau,  la gloire.  Le Tout Marseille, dans ses moindres coins et recoins s’est mis à y croire, mettant la région en ébullition à l’heure du foot. Le grand rêve a commencé. Onze bleus tenteront de le réaliser ce soir et mettre le feu à l’hexagone   

 

 

 

 

Voir toutes les actualités