Epidémie du choléra : Hasbellaoui parle enfin ! (actualisé)

 Epidémie du choléra : Hasbellaoui parle enfin ! (actualisé)
Par Abbès Zineb | 26 Aout 2018 | 14:43

Le ministre de la Santé, Pr Hasbellaoui, qui a remarquablement brillé par son absence, alors que le pays est agité depuis plusieurs jours par la psychose du choléra, est sorti aujourd’hui de sa réserve pour faire un point global de la situation épidémiologique.

Cherchant à justifier ce silence, il a expliqué, lors de son déplacement aujourd’hui à l’hôpital de Boufarik,  que son département était  « dans un cadre de suspicion, mais tout le monde était actif dès le début   pour mettre en place en place une stratégie qui vaut d’ailleurs plus qu’une visite dont le but est de montrer que l’Etat est présent".

Et le ministre d’ajouter à ce propos que « les prélèvements étaient faits aussitôt l’alerte donnée, les laboratoires, pour rendre les résultats, ont besoin de temps, mais les mesures préventives étaient prises ».

Par rapport à l’origine de l’épidémie et histoire de recadrer les choses, le ministre de la Santé est formel : « Le point de départ est la wilaya de Blida, c’est là que le vibrion cholérique est apparu pour la première fois, à cause d’une source.

Par rapport à la cacophonie sur les chiffres, le ministre de la Santé révèle que son département a enregistré 147 cas suspects, 49 cas confirmés et deux décès.

Déclinant les chiffres, le ministre révèle également que des prélèvements faits par des laboratoires ont mis en lumière la contamination de 38 sources au niveau des wilayas d’Alger, Bouira et Tipasa. « On a trouvé le vibrion cholérique dans une seule source, mais dans 71 % de ces sources on a trouvé d’autres vibrions qui peuvent provoquer des gastro-entérites, surtout chez des sujets fragiles »   

A propos de la vidéo dans laquelle on voit un citoyen boire l’eau de la source de Sidi Lekbir, le ministre qualifié son geste d’ « inconscient », et rappelle que le vibrion cholérique a été découvert au niveau de cette source. « Chacun doit prendre ses responsabilité ! ».

« La situation est sous contrôle", assure Hasbellaoui, "les médecins sont rentrés de leurs congés, tous les cadres sont là pour faire un travail de pédagogie, donner des conseils au citoyen, car la santé du citoyens dépend d’abord de ce qu’il fait lui-même ».

Voir toutes les actualités