Eliminatoires de la CAN-2021 (2e journée) : deux petits tours et de grandes sensations, l’Algérie intouchable

Eliminatoires de la CAN-2021 (2e journée) : deux petits tours et de grandes sensations, l’Algérie intouchable
Par Nourredine B | 19 Novembre 2019 | 11:56

Plus de petites nations de football en Afrique ? Le constat ne s’apparente plus désormais à la simple vue de l’esprit ou de faux fuyants pour justifier l’échec.

Deuxième round des éliminatoires de la CAN 2021 et déjà de grandes sensations, signées les sans grade du continent, les Comores en tête.

De fait, la sélection de ce petit pays de moins d’un million d’habitants, défraie la chronique jusque-là. L’équipe drivée par le franco- comorien, Amir Abdou, qui avait dérouté tous les pronostics en surprenant le Togo, à Lomé même lors de la première levée (1-0), vient de récidiver en tenant en échec l’Egypte (0-0) à Moroni.

Son mérite est d’autant plus prononcé que les Pharaons restaient sur un semi échec concédé at home face au Kenya (1-1) et que cette empoignade dans l’archipel africain revêtait une importance capitale pour les camarades de Mohamed Salah, absent pour ce rendez-vous.

A l’arrivée, une première place, en solo, au tableau de classement de ce groupe G, renfermant l’Egypte, le Togo et le Kenya. CQFD !

A un cran au- dessous, vient cette surprenante équipe du Botswana, également, et qui a limité la casse face à l’Algérie, lundi, ne s’inclinant que sur un éclair de génie de Youcef Belaïli, auteur d’un sublime but sur corner direct.

Les protégés de l’Algérien Adel Amrouche, avaient déjà tenu la dragée haute au Zimbabwe (O-0), une formation respectable à l’échelle continentale, à Hararé.

Pour cette confrontation, le coach national, Djamel Belmadi a chamboulé la ligne offensive en faisant confiance au duo Slimani- Delort, titularisé d’entrée, mais le résultat attendu n’a pas suivi ; ce qui l’a contraint, d’ailleurs, à renforcer l’attaque par Soudani, à la 73’ et Bounedjah, à la 80’. En vain.

Il faut dire que l’état de la pelouse, conjuguée à l’agressivité, souvent excessive des ‘’ Zebras’’ ont constitué un handicap avéré pour les verts prisant par essence, le jeu foncièrement technique.

L’absence de Ryad Mahrez, dispensé pour ce match, aura également pesé sur la prestation des Fennecs.

Mais il reste vrai que le Botswana a produit une opposition notable, qui vient conforter une nouvelle configuration du football africain, de par l’avènement de ‘’petites équipes’’ aptes à faire sensation.

Nivellement par le bas ou bousculement réel des grandes hiérarchies ?

On ne sait trop pour l’heure mais des pays comme Madgascar, la Mauritanie, à l’instar donc, des Comores et de du Botswana, commencent à montrer le bout du nez.

A l’issue de ce deuxième acte, seuls les gros bras tels l’Algérie, le Ghana, le Nigéria, la Tunisie et le Sénégal semblent intouchables. Avec une mention toute particulière pour l’EN, qui maintient son invincibilité intacte, après 19 rencontres.  

Voir toutes les actualités