Education : Regain de tension entre le CNAPESTE et Benghabrit

 Education : Regain de tension  entre le CNAPESTE et Benghabrit
Par Nabil Semyane | 12 Mars 2018 | 13:01

Les relations entre le CNAPESTE et la ministre de l’éducation sont loin d’être apaisées, malgré une reprise des cours, après une grève d’un mois et le risque d’un nouveau blocage n’est pas tout à fait à exclure.  

Signe de cette tension persistante, le communiqué du CNAPESTE ce lundi 12 mars dans lequel il en appelle aux « hautes autorités nationale à intervenir afin de dévoiler la vérité du complot, de réhabiliter l’école algérienne et de l’éloigner de toutes les formes de provocations et de manœuvres qui peuvent la pousser vers de nouvelles tensions ».

En parlant ainsi de « complot  » contre l’école algérienne, ce syndicat se trahit politiquement et  fait l’écho des thèses des partis islamistes qui n’ont de cesse d’attaquer Mme Benghabrit sur ces réformes, qui menaceraient les « composantes de l’identité nationale ».

Au sujet de la reprise du dialogue, qui a débouché sur la fin de la grève, le communiqué du syndicat explique que. « Le bureau national a répondu à l’invitation qui lui a été adressée le 4 mars pour une séance de travail qui a duré onze heures et qui s’est terminée sur un blocage concernant la non-reprise des enseignants de Blida après l’arrêt de la grève vu que la tutelle leur a imposé le dépôt de recours afin d’annuler leurs radiations illégales ».

Le bureau du CNAPESTE fait également part de sa « surprise » face à la décision de la ministre de faire procéder à des ponctions sur salaires pour les journées non travaillées, alors qu’un accord pour un calendrier de rattrapage des cours  a été élaboré.

S’agissant de la deuxième réunion  qui a eu lieu hier entre le syndicat et le ministère, visiblement elle n’a pas fait avancer le schmilblick, selon le communiqué qui accuse la ministre  de revenir sur ses engagements relatifs notamment au 31 mars  fixé comme une date limite pour la fin des travaux de la commission technique mixte afin de déterminer le pourcentage pour la promotion dans certains rangs.

Le CNAPESTE fait également part de son étonnement devant la  décision « surprenante et improvisée » de la ministre de lancer une consultation, qui commence d’ailleurs aujourd’hui, sur la date du baccalauréat. Cette décion est également qualifiée de "dangereuse"  par le sydicat qui prévient contre le risque de blocage dans « une période aussi sensible ».

Voir toutes les actualités