Droits de l’Homme : Le Congrès Américain agite contre l’Algérie le chiffon rouge des Ahmadis «persécutés»

Droits de l’Homme : Le Congrès Américain agite  contre l’Algérie le chiffon rouge des Ahmadis «persécutés»
Par Amel Benabi | 10 Juillet 2018 | 10:48

S’il y avait un doute quant aux motivations de la sulfureuse confrérie Ahmadie en Algérie, il vient d’être levé. L’ONG américaine des droits de l’homme Human Rights watch (HRW) a réussi à refiler  cette «patate chaude» au congrès américain l’invitant à exercer des pressions sur l’Algérie coupables de «persécuter» cette communauté.

En effet, le sous-comité des droits de l’homme du Congrès américain a reçu  le dossier des Ahmadis qui lui a été remis par HRW.

Celui-ci s’appuie sur de simples comptes- rendus de presse qui évoquaient les arrestations de membres de cette secte qui activait clandestinement dans les quatre coins du pays ou encore des procès qui n’ont d’ailleurs jamais abouti à des emprisonnements.

Mais on l’aura compris, ce n’est pas tant le sort de ces musulmans qui inquiète l’ONG américaine qui ferme les yeux contre le massacres en série en Palestine. Le Directeur adjoint de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord de HRW, Eric Goldstein, est lui-même  d’obédience sioniste d’où probablement son mépris pour les peuples palestinien et yéménite !

On apprend ainsi dans ce fameux «dossier» que le premier ministre Ahmed Ouyahia et le ministre des affaires religieuses, Mohamed Aissa ont plusieurs fois dénoncé les «incursions et les activités sournoises» des membres de la secte Ahmadite et pointaient ses «objectifs inavoués». L’Etat Algérien est en effet arrivé à une conclusion que les activistes Ahmadis obéissaient à des agendas qui n’ont rien à voir avec la religion.

L’ONG HRW  à la manœuvre

Des capitales occidentales seraient même derrières ces hurluberlus à l’accoutrement bizarroïde, sortis de nulle part et qui passaient leurs temps à crier à la persécution. Eric Goldstein s’émeut faussement de ce que dans la quasi-totalité des procès, les Ahmadis aient été condamnés à de la prison avec sursis. Et comme pour son malheur, il n’a pas trouvé de prison ferme, Goldstein s’est épanché sur les verdicts contiennent «souvent des accusations assez graves, allant de la réunion dans un lieu non autorisé ou de la collecte d’argent sans autorisation jusqu’à la tentative d’atteinte à l’unité nationale et à l’ordre public».

 Et alors ! L’Algérie est souveraine sur son territoire et dispose de son droit de le protéger contre des individus qui s’adonnent à des activités louches et souterraines sous le qamis de la piété et de la différence. Les Américains qui mènent une chasse à l’homme et commettent impunément des délits de faciès contre des personnes dont les noms ressemblent à ceux de terroristes recherchés sont très mal placés pour critiquer les autres. Le sinistre Guantanamo ou encore l’horrible prison d’Abou Ghrib en Irak pour ne citer que ces deux exemples, disqualifient les Etats-Unis et leur ONG qui ne se soucient des droits de l’homme  que dans les pays musulmans ou dans ceux qui sont dans le camp de la Russie et la Chine. C’est dire que brandir l’étendard des Ahamdis au Congrès Américain est à la fois maladroit et cynique.   

 

 

 

Voir toutes les actualités