Disparition de Maradonna : un peu ‘’Che’’ à sa façon, il a aussi aimé l’Algérie

Disparition de Maradonna : un peu ‘’Che’’ à sa façon, il a aussi aimé l’Algérie
Par Nourredine B | 26 Novembre 2020 | 14:23

Compatriote de l’icône révolutionnaire Che Guevara, Diego Armando Maradonna, a mis à profit son incommensurable aura, à côté de l’immensité de son talent, pour décliner un côté rebelle  retors à toutes les injustices dans le monde, en Amérique latine, son jardin naturel, encore plus.

Atavisme ? La star mondiale du football s’était rangée au grand jour du côté de ces grands leaders politiques historiques qui n’avaient de cesse de lutter contre un ordre mondial  quasiment inhumain et déshumanisé.

Et le Pibe de Oro se gargarisait autant  de ses prouesses  footballistiques encyclopédiques que de l’amitié qui le liait étroitement à Fidel Castro ou encore à Hugo Chavez, aujourd’hui, disparus également.

A sa façon, d’allure frivole, il avait pointé ‘’un doigt d’honneur’’ à la face de l’Angleterre coloniale, à la fin de la guerre des Malouïnes que son pays venait de remporter, quand il créa ‘’La Main de Dieu’’, marquant de sa main l’unique but face à cette même Angleterre, pour remporter la Coupe du Monde 86.

En Algérie, où le football, tout comme en argentine, passionne les foules, l’on voue une admiration, doublée d’affection sans bornes, pour le génie argentin.

Et Maradona n’a pas manqué de rendre le respect, quand en 2013 il débarque à Alger, se faisant un peu d’honneur à scander ‘’One,Two,Three, Viva l’Algérie’’.

C’est dire un peu si le magicien de l’Albiceleste, du Braça et de Naples a aimé l’Algérie !

Voir toutes les actualités