De la mauvaise gestion de l’image du président Bouteflika

De la mauvaise gestion de l’image du président Bouteflika
Par Djamil Mesrer | 20 Mars 2017 | 16:03

Les personnes en charge de la gestion de l’image du président Abdelaziz Bouteflika, dont on ne doute pas un seul instant de la volonté de bien faire, sont passées, encore une fois, à côté de la plaque. Soucieux, à l’évidence, de rassurer les Algériens sur l’état de santé du chef de l’Etat, suite aux rumeurs des plus alarmistes qui agitent depuis des semaines l’opinion et les réseaux sociaux, ils ont pris le parti de communiquer, hier soir, en diffusant les images d’une audience accordée à Abdelkader Messahel.

Sauf que la mise en scène est d’un amateurisme élémentaire qui traduit presque un bricolage de dernière minute. N’aurait-il pas été plus professionnel et plus productif pour les responsables de la « com » d’élargir le casting, de « concocter » par exemple une audience du président Bouteflika avec des hauts responsables de l'Etat, premier ministre, chef d’état-major ... Un format déjà utilisé par le passé, qui aurait pu donner plus de consistance et plus de crédibilité à l’audience qu’avec ce tête-à-tête avec Abdelkader Messahel dont le malaise était d’ailleurs perceptible. Et loin de nous l'idée d'incriminer en quoi que ce soit le ministre Messahel, appelé pour la circonstance.

Au-delà de la mise en scène, il y a les images. Elles sont à l’inverse de ce que le réalisateur a voulu montrer. Elles ne sont pas du tout à l’avantage du président qui est apparu fatigué et non encore remis de la bronchite aigue qui l’a poussée d’ailleurs à annuler un certain nombre de rendez-vous inscrits à son agenda.

Une image figée de l’audience aurait suffi pour lever les doutes sur la santé du président plutôt que cette vidéo calamiteuse avec des « zoomings » pour le moins inutiles et un bla-bla-bla rébarbatif. Un petit détour par les réseaux sociaux et les potins des cafés, qui ont suivi la diffusion de ces images, laisse bien comprendre que l’impact populaire de la vidéo est aux antipodes de l’effet recherché.

Voir toutes les actualités

Commentaires