Criminalisation du discours de la haine : Le mouvement El Islah appuie le projet de loi de Tebboune

Criminalisation du discours de la haine : Le mouvement El Islah appuie le projet de loi de Tebboune
Par Hakim Megati | 14 Janvier 2020 | 13:43

Première réaction à l’annonce d’un projet de loi criminalisant toute forme de racisme, de régionalisme et du discours de haine, le Mouvement El Islah d’ Abdellah Djaballah (Photo) vient de saluer la décision du président Tebboune.

Le parti de Djaballah a ainsi montré sa disponibilité à «contribuer» au projet de loi confié au gouvernement Djerad en rappelant au passage ses propositions au sujet du dossier des libertés en général, notamment «le traitement plus rigoureux des délits d'apologie du racisme et d'incitation aux actes condamnables à caractère régionaliste».

Dans un communiqué rendu public, le mouvement El Islah, a déploré «des atteintes à la vie privée en violation des dispositions juridiques et morales, notamment sur les réseaux sociaux, sous prétexte de la liberté d'expression garantie par la constitution».

Pour ce faire, il appelle à «définir rapidement et avec précision» les notions et la terminologie, à travers une législation qui «clarifie les choses, assainit le dossier des libertés de toutes les manifestations racistes et criminalise expressément leurs auteurs».

Aux yeux du parti islamiste de Djaballah le discours d’incitation à la haine est entretenu par «certaines parties et face auxquelles il ne faut pas se taire», et qui- lit-on- «agissent sous le couvert des libertés».

Le Mouvement El Islah en profite pour appeler à «un éveil collectif pour remettre de l'ordre dans le cadre du respect de la Constitution et des lois de la République».

Voir toutes les actualités