Célébration du 20 avril : Le RPK appelle à une marche unitaire »

 Célébration du 20 avril : Le RPK appelle à une marche unitaire »
Par Amel Benabi | 15 Avril 2018 | 15:10

Le rassemblement pour la Kabylie, (RPK) lancé en 2015 par un groupe d’anciens cadres du MCB, appelle à une marche «unitaire et rassembleuse», à l’occasion de la célébration du 38ème anniversaire du printemps amazigh. Dans une déclaration rendue publique à l’issue de la réunion de son bureau exécutif, le RPK note que le 20 avril prochain sera une journée de «recueillement à la mémoire des militants disparus et tout particulièrement ceux du printemps noir de 2001 qui ont consenti le sacrifice suprême dans les événements de Kabylie». 

Tout en disant rester «fidèle» aux valeurs du printemps amazigh, le RPK estime qu’il est vital «d’apporter des adaptations dans la formulation de nos revendications pour éviter les impasses». «Nous sommes appelés à nous inscrire dans une vision nouvelle en faisant appel à de nouveaux paradigmes clarificateurs. La demande de reconnaissance des droits collectifs doit constituer une priorité», lit-on dans l’appel de ce mouvement, signé par son coordinateur, Hamou Boumedine. 

Dans cette perspective, le RPK pense que le combat identitaire, culturel et linguistique «n'avancera de manière décisive que si nous intégrons les questions de la redéfinition de la nation algérienne et de la refondation de l’Etat».

Ses animateurs sont convaincus que la «construction d’un projet politique intégré et novateur», est seule à même de permettre une issue à «la crise multidimensionnelle»,

 La Kabylie, lit-on, «aura tout à gagner en se réappropriant les leviers institutionnels pour gérer de manière autonome son avenir et en se dotant en priorité d’un système éducatif propre, sans pour autant tourner le dos aux questions nationales, notamment celles liées aux droits de l’Homme et la démocratie. Ce projet n’est possible que si la Kabylie se dote d’un gouvernement et d’un parlement régionaux».

De même que l’Académie et la loi sur la promotion de la langue amazighe, si elles sont «laissées à la seule initiative des décideurs et de ses relais locaux», vont aller certainement dans le sens des «intérêts du pouvoir central».  Le RPK recommande donc une «vigilance accrue» et appelle les acteurs de 1980, «à jouer un rôle de premier plan dans cette phase cruciale». Mais aussi a mettre en place une d’une structure «ad-hoc transpartisane» pour répondre collectivement à ces questions tant sur le plan politique que juridique.

 En attendant,  le RPK appelle la population à marcher massivement le  20 avril prochain pour faire de cet anniversaire un «moment de fraternité, de convergence et d’unité de l’ensemble des militants de la cause amazighe dans le respect de la diversité des opinions politiques, démontrant la réalité de notre culture démocratique forgée par nos traditions et nos luttes politiques».

Voir toutes les actualités